Objets italiens

L’identité d’une nation est une chose difficile à comprendre. Quand on vit à l’étranger, on se retrouve souvent confronté à d’épineuses questions de la part des locaux sur la nature de nos concitoyens. Sont ils patriotes, travailleurs, organisés, bordéliques, paritaires, buveurs, gastronomes, fumeurs, râleurs, snobinards… ? Notre présence en tant qu’étranger fait de nous une sorte de porte-drapeau et il est difficile de répondre à ces questions sans donner une image caricaturale et tronquée de notre identité nationale.

La situation contraire existe aussi. Face aux comportements, aux idées et aux affirmations de mes amis italiens, je tire souvent des conclusions sur le mode de vie à l’italienne. Difficile aussi de ne pas généraliser : ce n’est pas parce que l’un de mes colocs se lève tous les jours à l’aube pour étudier que je dois conclure que les italiens sont studieux, la preuve, dans une autre pièce, un autre coloc dort jusqu’à midi… La mesure est donc la mère de toutes les vertus.

Comprendre un peu de l’identité d’un pays, cette chose changeante et fragile, demande du temps, de la réflexion et beaucoup d’ajustements.
Mais surtout, d’aller au delà de la simple conversation avec les locaux peut-être d’une aide précieuse. Entre ce qu’on affirme sur soi et ce que l’on est réellement, il y a toujours une projection, une distance. C’est d’ailleurs ce qui rend difficile toute définition d’une personne par elle-même.

C’est pourquoi j’aime m’attarder sur toutes sortes de détails afin de mieux comprendre le pays dans lequel je vis. Les objets de la maison, côtoyés quotidiennement, sont souvent un premier pas curieux vers la culture de l’autre, et révèlent une façon de vivre.

Suite au sérieux de cette entrée en la matière, je me vois obligée d’aborder avec humour et ironie cinq objets italiens que je trouve bizarres, ou dont l’usage varie de celui que je connais. L’occasion de tirer des conclusions hâtives (ou non) sur l’identité italienne.

 

 

1 – Le préservatif à cafetière

Très probablement l’objet qui m’a le plus intrigué avant que je ne voie mes colocs l’utiliser. Cette sorte de boule à thé déguisée sert tout simplement à ce que le café n’éclabousse pas partout lorsqu’il sort de la moka. Il participe également à épaissir le mystère qui entoure la préparation de la boisson italienne.

Presque un rituel magique, la préparation de la moka demande une certaine rigueur et une précision dans les gestes. L’un de mes colocs jette dans l’eau une pincée de café, avant de former une montagne de poudre marron qu’il ne presse pas mais repousse sur les bords avec une cuillère qui creuse dans le sens horaire un puits central. Le feu doit être bas, pour que le breuvage monte lentement et devienne crémeux. Certains ajoutent qu’il faut remuer à l’intérieur de la moka, avant de servir.

Conclusion (hâtive ou non) : les italiens aiment passionnément le café, avec ou sans capote.

 

Image en compétition pour le festival international du kitsh – réalisée par mes soins avec des logiciels de haute technologie.

 

2 – Le bidet

Éternel sujet d’incompréhension entre italiens et français (ou entre les italiens et le reste du monde), le bidet est cet objet dont nous ne savons pas trop quoi faire et que les italiens utilisent quotidiennement. Cette mini-divinité de la salle de bain transalpine porte un nom français, a été inventée en France et pourtant, nous, français sales et dégoûtants, nous nous refusons à nous laver le cul à grandes eaux après chaque passage prolongé sur le trône. Un véritable scandale, qui semble venir du fait que cet objet était utilisé par les prostituées entre deux clients, et, tout comme il n’y a que les gens sales qui se lavent, il n’y a que les putes qui se rincent l’arrière train.
Certains italiens semblent très surpris lorsqu’on les informe que le reste du monde (à part quelques portugais ou espagnols) ne rend pas hommage à la sainte chose d’émail et de robinets.

Conclusion (hâtive ou non) : les italiens aiment avoir la raie au milieu bien propre et fraîche.

 

 

3 – L’égouttoir à vaisselle

En voilà, une invention révolutionnaire qui pourrait rendre le monde meilleur ! Faire la vaisselle est une activité globalement impopulaire. Je ne connais personne qui, dans la catégorie « Hobby » de son CV, écrit « Laver la vaisselle« . Coïncidence ou non, il n’existe aucun club d’amateurs de lavage de vaisselle, malgré les efforts des publicitaires pour nous faire croire que dégraisser un plat est une activité épanouissante et géniale.

Mais si faire la vaisselle est souvent cité comme l’une des activités les moins populaires au sein des colocs étudiantes, ranger la vaisselle sèche dans le placard ne remporte pas non plus d’incroyables suffrages.

C’est là que l’Italie a la solution. Dans un mouvement créatif génial, alliant pragmatisme et ingéniosité, l’Italie a organisé la fusion charnelle du placard et de l’égouttoir. Tout simplement. Il ne reste qu’à placer la vaisselle encore humide au dessus de l’évier, où elle est à la fois rangée ET en train de sécher. Pour mettre la table, on se sert directement dans le placard-égouttoir. Basta.

Conclusion (hâtive ou non) : Les italiens sont des feignasses qui cherchent une excuse pour ne pas ranger la vaisselle.

4 – Le sèche cheveux

Ici à Rome, je suis la seule fille au sein d’une coloc de cinq. Je partage ma salle de bains avec 3 garçons dotés d’une quantité de cheveux dans la norme pour un individu de sexe mâle.

Et pourtant, bien en évidence sur les étagères, trône un sèche-cheveux dernière génération à la puissance de feu digne d’un ventilateur sur un plateau de tournage à Hollywood. Chaque fois que je me sèche les cheveux, je me prend pour une star de film prête à sauter en parachute et qui se penche au hublot pour vérifier si c’est pas trop haut.

J’ai posé la question : pourquoi un tel attirail de guerre pour 4 poils sur le caillou ? Réponse : qui ne se sèche pas les cheveux attrape froid, voyons. Autant être équipé.

Conclusion (hâtive ou non) : en matière de sèche cheveux, les italiens sont comme avec les voitures, faut que ça brille et que ça démarre au quart de tour.

Sexy chicken en peignoir de bain (oui mais pour pas attraper froid faut le fermer, le peignoir)

5 – Le peignoir de bain

Il y a une chose qui m’a toujours un peu embêtée en italien. C’est le mot serviette. Je ne sais jamais comment le dire, qu’on parle de serviette de plage, de table, de bain… Non pas que j’ignore la traduction. Seulement, asciugamani, littéralement « essuie main » est un mot qui ne veut pas sortir quand je parle d’une serviette assez grande pour m’y enrouler trois fois.

L’autre soir, lors d’un débat fort animé sur comment on dit « torchon » en italien correct, où chacun de mes colocs y allait de son mot de dialecte (régions représentées : les Pouilles, la Campanie et le Molise), j’ai enfin osé aborder le sujet de cette vaste absurdité de la serviette de bain appelée essuie-main. Et là, à ma grande surprise, j’ai découvert que la serviette est tout simplement dédaignée au profit d’un objet bien plus confortable, et qui rappelle pour moi les temps lointains de la prime enfance : le peignoir de bain. Toujours soucieux de sa santé, l’un des colocs m’affirme que sans le recours à cet accessoire, on risque de prendre froid. Et chacun de mes colocs de confirmer qu’il utilise au quotidien un peignoir de bain, et que la serviette ne lui sert… qu’à s’essuyer les mains.

En France aussi, il y a des peignoirs, je sais. Mais pour moi, cet accessoire est lié au confort d’une maison familiale, où rien ne manque, où les choses sont à leur place et pas à l’appart étudiant temporaire où il n’y a pas même un épluche légumes.

Conclusion (hâtive ou non) : éviter de prendre froid est une préoccupation de haute importance pour nos voisins italiens.

Et vous, quels objets italiens vous surprennent ? Quelles petites habitudes vous amusent ?

4 Comments on "Objets italiens"

  1. Ca fait penser à l'émission Karambolage sur Arte qui compare souvent les petites habitudes des Allemands avec celles des Français.
    Au sujet du bidet, il me semble que son usage était autrefois beaucoup plus répandu en France. Il y a quelques décennies on pouvait en croiser fréquemment.
    Danielo

  2. Très sympa ton article ! 🙂
    Très important le préservatif à cafetière pour pouvoir laisser monter le café ET le surveiller en même temps. Quand j'ai déménagé, je suis partie avec la Bialetti et avec ces petits ustensiles. Ils traînent de la cafetière au plan de travail de la cuisine !
    L'égouttoir à vaisselle dans le placard est une chose qui me rend folle quand je vais voir ma famille. Le temps que tu prennes l'assiette, déplies ton bras, lui trouves une place, et hop, un filet d'eau a gentiment coulé de ta main à ton aisselle. Et il faut multiplier ça par la quantité de vaisselle à laver. Une fois fini, t'as pris une douche ! (au produit vaisselle)

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


CommentLuv badge