La Sardaigne dans l’oeil de Pauline

Pauline est l’auteure d’un blog de voyage tout récent. Elle est certifiée AOC (Auteur d’Origine Cantalou) et raconte avec humour et légèreté ses escapades dans sa région natale, à Toulouse ou à l’étranger.

Quand j’ai vu sur twitter qu’elle projetait de partir en Sardaigne avec son copain, j’ai tout de suite eu envie de l’inviter à raconter ses aventures sur mon blog. Pour mon tout premier article invité, je lui ai laissé carte blanche sur tous les plans. Elle a donc choisi de partager avec vous ses trois principaux coups de cœur en Sardaigne.

art-invite

Place au récit de la Sardaigne dans l’œil de Pauline !

Cet été, nous sommes allés pour la deuxième fois en Sardaigne et cette belle île n’a pas cessé de nous surprendre … Elle n’a pas seulement quatre visages comme pourrait le laisser penser son drapeau, non, c’est une île aux 1001 visages.

Cela ne m’avait pas autant sauté aux yeux lors du premier voyage (ou alors j’ai oublié, ce qui est tout à fait possible me connaissant !), je n’étais pas repartie avec ce sentiment mais en repensant aux endroits visités la première fois, je réalise à quel point ils étaient différents. Et j’imagine que si je retourne une troisième fois sur cette île (ce qui risque bien d’arriver parce que je voudrais pas donner tort au premier mec qui a dit « jamais deux sans trois » !), les paysages que je rencontrerais alors n’échapperont pas à la règle et seront eux aussi différents, eux aussi surprenants, inattendus … car cette île est merveilleuse et épatante !
Elle offre toutes les palettes de paysages possibles et imaginables sur un territoire pourtant réduit : montagnes de granit, plateaux asséchés et désertiques, prairie à la végétation luxuriante, lacs salés, forêts de bambous, falaises calcaires en bord de mer, plages (évidemment !) dont le sable n’est jamais identique, etc.

Bref, la Sardaigne c’est une découverte perpétuelle, une mosaïque de couleurs et d’odeurs, un ravissement pour les sens. Et pour une personne curieuse comme je peux l’être, ce patchwork de paysages c’est le bonheur… Poussée par l’envie de découvrir ce qui se cache au prochain tournant, de voir et de connaître chaque pièce qui compose cette île-puzzle, je ne peux qu’avoir envie de continuer à l’explorer, pour assouvir ma curiosité et étancher ma soif de nouveaux paysages et de nouvelles surprises.

Durant ce voyage, il y a beaucoup d’endroits qui m’ont marquée, mais je ne parlerais que de trois ici. Pourquoi trois ? Parce que :

  1. Je vais pas squatter le blog de Lucie pendant dix jours même si elle a eu la gentillesse d’accueillir cet article
  2.  Il faut bien que je garde des choses à vous raconter sur mon blog aussi !
  3. Parce que 3, j’ai décidé « et pis c’est tout », na !
sardaigne porticciolo

La plage de Porticciolo – Photo de Pauline du blog petites évasions et grandes aventures

La plage de Porticciolo

Je l’avais repérée dans le guide du routard qui nous accompagnait pour ce voyage. Polly, notre très sympathique hôte à Alghero, nous avait dit que c’était vraiment « THE place to take photos of the sunset » (oui on communiquait en anglais, c’était pas pour me la jouer fille qui gère l’anglais). On a donc organisé une de nos journées sur place en fonction de ce spot à coucher de soleil, qui, en plus, était indiqué comme une plage sympa pour le snorkeling (une pierre deux coups comme dirait l’autre, sûrement un pote de celui qui a dit « Jamais deux sans trois »).
Arrivés sur place, c’est l’émerveillement total. Imaginez, vous vous garez sur un parking assez banal de bord de mer mais d’où vous ne voyez pas la plage … et pour cause ! La plage est dans une belle crique arrondie, en contrebas, délimitée d’un côté par un promontoire rocheux sur lequel se trouve une tour aragonaise et de l’autre côté par le bout de terre où vous vous trouvez, tout aussi rocheux, et dans cette teinte si particulière qu’on se croirait un peu sur Mars. Vous surplombez ce paysage superbe et singulier alors que le soleil, pas encore couchant, se reflète dans une eau aux teintes variées : un bleu profond et intense, des touches de turquoises et là, tout au bord, de l’eau de la couleur du sable qu’elle laisse voir en transparence … On est pas mal là non ?! Dans la lumière du soir, la couleur rouge de la terre s’est accentuée en nous livrant encore un nouveau visage de la Sardaigne, un visage un peu irréel, fantastique et surtout merveilleux.

Ingortosu et Naracauli

Alors que nous roulions en direction de la Spiaggia Le Dune di Piscinas, toujours sur la côte ouest de l’île, j’ai eu un deuxième coup de cœur. Peu après le village un peu abandonné d’Ingortosu, nous découvrons dans la vallée la zone de Naracauli, une sorte de mirage du passé minier, comme seule la Sardaigne m’a permis d’en voir à ce jour. Ce passé industriel est une facette importante de l’île, et de sa partie sud-ouest en particulier. Un visage que nous n’avions pas eu l’occasion de rencontrer encore et qui nous a charmé. Des ruines d’habitations et des vestiges de bâtiments miniers embellissent ce paysage vallonné, plus ou moins vert, selon les versants que l’on regarde.
Malgré l’abandon évident qui se dégage de ces bâtiments et de ce territoire, je n’ai pas trouvé ce panorama « glauque », peut-être grâce au ciel bleu, aux pierres ocre, à la beauté des constructions ou au mélange des trois (saupoudré de tout l’amour que je porte aux pierres anciennes quelles qu’elles soient) … Dans tous les cas, le sentiment d’émerveillement face à ces vestiges ne m’a pas lâchée tout le temps où nous roulions dans cette vallée. Je guettais chaque recoin du paysage à la recherche d’autres trésors du passé à regarder, à admirer, à photographier … Et pareil au retour !

Photo de Pauline du blog petites évasions et grandes aventures

Photo de Pauline du blog petites évasions et grandes aventures

La plage de Cala Gonone

Sur les douze jours que nous avons passé en Sardaigne, un seul a été pluvieux (joli score, quand on pense qu’en Sicile l’an dernier le ratio était de 4 sur 7 !). Ce jour-là, nous avions visites et plage au « programme ». Pour la partie visite, pas vraiment de problème, car la pluie n’est arrivée que vers la fin et une fois les K-Way enfilés, on était au sec. Pour la partie plage, nous avons dû la retarder en allant visiter le villaggio nuragico di Serra Orrios (avec nos K-Way donc) que nous n’avions pas prévu d’aller voir. Une fois la visite terminée, la pluie s’était un peu calmée, on a roulé vers Cala Gonone en se disant qu’on allait se balader, réserver la mini-croisière qu’on voulait faire le lendemain, et que, pour la baignade, on verrait une fois sur place, mais sans trop y croire. Arrivés dans le décor enchanteur de Cala Gonone (et vu que je suis attirée par l’eau comme un chat par son bol de croquettes), j’ai quand même proposé d’aller tremper les pieds, histoire de … Et finalement, on s’est jetés tout entier dans l’eau après avoir enfilé notre équipement de snorkeling (qui ne quittait jamais le coffre de la voiture) et on a drôlement bien fait ! Parce que là dessous, ça grouillait de centaines de poissons, des espèces qu’on avait déjà vu ailleurs autour de l’île et d’autres non, un très beau spectacle auquel on ne s’attendait plus. Une fois de retour sur le joli « sable » multicolore, je n’en revenais toujours pas de la quantité et de la variété de poissons croisés sous l’eau, à quelques mètres seulement du bord. Et je n’en revenais pas non plus de la beauté sauvage qui se dégageait du paysage environnant, Cala Gonone étant très touristique et urbanisée, je ne m’attendais pas à voir ces magnifiques côtes rocheuses tout autour et à perte de vue … Ce jour-là, le voyage touchait presque à sa fin et je me suis dit que la Sardaigne n’avait pas fini de me surprendre (et qu’un troisième voyage serait sûrement nécessaire) !

 

Merci à Pauline d’avoir accepté mon invitation ! Maintenant, me voilà à rêvasser en m’imaginant au milieu des poissons ! Vous pouvez la retrouver sur son blog, mais aussi sur facebook, twitter

Si vous avez envie d’être mon invité(e), cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à la page dédiée. Je vous explique quelles sont les conditions et les modalités pour proposer un article invité. A bientôt !

article invité italie

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

6 Comments on "La Sardaigne dans l’oeil de Pauline"

  1. Encore merci pour l’invitation, ça m’a fait très plaisir !
    Mon article à propos de ce bout d’Italie sera forcément heureux sur ton joli blog dédié à ce pays qu’on adore toutes les deux !

  2. Genial comme principe :-). nous aussi on revient amoureux de la sardaigne et nous avons pleine post prévu. du coup nous aussi on aimerait bien raconter nos voyages en sardaigne ou d’autre endroit d’Italie 🙂
    Le Yin & Frédérique

  3. Merci beaucoup pour cet article !!!! Je ne connaissais pas du tout la Sardaigne et votre partage me donne vraiment envie de découvrir ce coin de paradis. Merci aussi pour les photos qui très belles !
    hypno180 Articles récents…Qu’est-ce que l’hypnose, comment ça fonctionne et quels sont ses bienfaits ?My Profile

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


CommentLuv badge