Milan, j’aime, j’aime pas

Milan, l’insaisissable.

Chaque fois que je me suis rendue à Milan, c’est pour un temps trop bref pour la découvrir vraiment. Une nuit sur la route de Bologne, une étape vers la France. J’ai vu le Duomo en coup de vent, dormi dans une auberge de périphérie… Cette fois encore, pour les vacances de Pâques, me voilà de passage à Milan.

La ville est notre point de RDV, nous arrivons de Paris, d’Aix ou de Berlin, c’est le moment des retrouvailles entre copains.

Objectif : les grands lacs. Nous restons peu en ville, mais déjà plus que lors de mes autres voyages : une journée et une nuit à l’aller, une après-midi au retour.

milan

La Darsena de Milan

En arrivant le premier jour, j’ai traversé les trois kilomètres qui séparent la gare de mon logement à pied (réflexe vénitien). Une façon de mieux appréhender Milan, en passant par le Bosco Verticale et le Cimitero Monumentale.

L’après-midi, le rythme tranquille de la balade nous porte à travers le quartier de Brera, vers le Castello Sforzesco, puis devant l’inévitable Duomo. Enfin, à travers la Porta Ticinese, nous arriverons aux Navigli pour y passer la soirée.

Cette fois-ci, je peux dire que je commence à avoir visité Milan, faute de la connaître, bien sûr. Et comme souvent les villes italiennes du Nord, elle me laisse une drôle d’impression, en demi-teinte.

C’est pourquoi, pour vous raconter Milan, j’ai choisi la formule « j’aime/j’aime pas ». Parce que je ne peux pas dire que j’adore la ville, mais je ne peux pas non plus dire que je n’y retournerai pas.

A Milan, j’aime…

… les vieux trams

tram Milan

Les vieux trams de Milan

Les trams de Milan racontent l’évolution du design au siècle dernier. Les plus vieux, en service depuis les années 30, ont un charme fou avec leurs portes en bois et leur couleur orangée. Mais j’adore aussi les design d’après-guerre, les formes étranges, les courbes futuristes ou les blocs réguliers. A Milan, regarder passer les trams, c’est voir défiler dans le désordre tous les design des transports, des années 30 à nos jours.

… l’aperitivo

milan

Fromage, saucisson, mortadelle et tomates séchées, un aperitivo à Milano

C’est à Milan qu’a été inventée l’un des rites les plus agréables de la vie à l’italienne : l’aperitivo. Asseyez-vous en terrasse (ou à l’intérieur), commandez à boire, et vous avez gagné un accès illimité au buffet. Pâtes, charcuterie, fromage, pizze ou focaccie, légumes grillés… on trouve de tout et pour tous les goûts. Et s’il n’y a pas de véritable buffet, on vous amènera toujours quelque chose à grignoter avec votre verre.

… le quartier de Brera

On s’y est promenés, sans faire exprès, insouciants et le nez en l’air. Belles boutiques, petits cafés et gens élégants, on le dit bohème, je l’ai trouvé plutôt bourgeois, et très agréable. Très touristique, on y regrette les restaurants attrape-pingouins et leurs photos de la myriade de plats à la carte. Au fil des rues, on tombe sur la Pinacoteca di Brera et sa porte voutée qui révèle avec indiscrétion une statue de Napoléon en tenue d’Adam.

… les colonne San Lorenzo

milan

Avant d’entrer dans le quartier des Navigli, on passe sur cette place au charme surprenant. D’un côté, des colonnes romaines antiques la séparent des rails du tram. De l’autre, la Basilique San Lorenzo, édifice de style maniériste remontant à l’antiquité tardive. L’ensemble est complété par la porte médiévale Ticinese, sous laquelle passent les trams. Un concentré de l’histoire de la ville, et un lieu investi par les milanais pour discuter et profiter des beaux jours posés sur un banc.

… les Navigli

Navigli

Il parait qu’autrefois, un vaste réseau de canaux irriguait Milan et ses environs. On trouve aujourd’hui deux longs canaux, le Naviglio Grande et le Naviglio Pavese. Sur leurs berges, les terrasses des bars sont hyper animées à l’heure de l’aperitivo, une foule dense se balade, de petites gargotes vendent des sandwichs ou des cornets de friture.

… l’architecture, oui et non

A gauche, du verre et de l’acier, à droite, le Bosco Verticale

Quelques façades colorées, des fenêtres à l’italienne, des arches et de la brique, quelques clochers, un Duomo épineux, ah que Milan est jolie ! Mais aussi, de l’acier, des tours, du verre et de la grandiloquence, ah que Milan est moderne ! Question de goûts, j’imagine, mais je trouve les tours milanaise froides et tristes. Même son Bosco Verticale me laisse de marbre : monolithe noir rythmé de terrasses où poussent des arbres, il se dresse au milieu de nulle part, et rappelle la tristesse de nos villes où les architectures anonymes poussent comme les champignons – un champignon couvert de mousse, dans le cas du Bosco Verticale.

Le Duomo et le printamps, par contre, c’est joli

A Milan, j’aime pas…

… les prix

J’ai trouvé Milan très chère. Venise a la réputation d’être hors de prix, pourtant, je me débrouille très bien pour y vivre à moindre coût. A Milan, j’ai trouvé les prix des restaurants assez exorbitants. Renouant avec une habitude que j’avais à Rome, je suis rentrée le midi dans une salumeria (comprendre un charcutier-fromager) pour me faire confectionner un sandwich à base de produits à la coupe. Généralement, un bon plan pour manger à moins de 5€, mais à Milan, j’en ai eu pour 8€ le panino.

J’imagine qu’il doit y avoir des bons plans et qu’il suffirait de mieux connaître la ville, mais au premier abord, Milan, c’est cher !

… le bruit

Je suis trop bien habituée dans ma petite bulle vénitienne où le silence règne dès qu’on sort des rues principales ! Le fait est qu’en arrivant à Milan, j’ai été étourdie par le boucan d’enfer des voitures et des scooters. Certaines parties du centre ville sont piétonnes, mais bien peu selon mes standards.

… la foule

Trop. de. gens. Partout. Tout le temps. La foule, touristes et milanais mélangés, qui se promène en masse compacte au Castello Sforzesco, le long des Navigli ou sur les grandes artères. Une foule qui s’accompagne d’une présence policière renforcée, climat actuel oblige. D’où une sensation un peu stressante.

C’était le weekend de Pâques, c’est vrai, mais j’ai eu la sensation de manquer d’air. Milan, à éviter le weekend ou en période d’affluence ?

… le métro

Le métro de Milan est efficace, coûte 1,50€/voyage et permet d’aller presque partout. Mais je l’ai trouvé assez dégueulasse et pisseux. A Milan, pour vivre heureux, prenons le tram.

… les grandes enseignes omniprésentes

Milan capitale de la mode, terrain de jeu de la fashion week, est forcément une reine du shopping. Les magasins sont partout, les vitrines délirantes, toutes plus folles les unes que les autres. Mais j’ai regretté un peu la sur représentation des chaînes internationales.

Une vitrine de librairie qui m’a interpellée (la seule) Galleria Vittorio Emmanuele

Mon œil d’amoureuse des petites librairies a regretté de ne voir que des fringues et du design dans les vitrines.

A Milan, j’aimerais…

… Visiter le Musée Novecento

Situé sur la droite du Duomo, le musée interpelle par son architecture d’une élégance extrême. C’est le cas de le dire, puisqu’il s’agit d’un édifice fasciste transformé en musée dédié à l’art du XXe siècle. Un lieu que j’aimerais prendre le temps de visiter.

… Entrer dans la Pinacoteca di Brera

Je me suis contentée d’un coup d’œil indiscret dans sa cour où trônent Napoléon et sa virilité. Une autre fois, je voudrais m’arrêter devant les chefs d’œuvres qui y sont exposés.

… Monter sur les terrasses du Duomo

Faute de temps et d’organisation, je ne suis jamais montée sur les terrasses du Duomo, pourtant, la vue sur la ville et sur les tours gothiques de la façade semblent mériter le ticket et la file d’attente !

Conclusion ?

Milan, tu ne me fascineras jamais comme la tortueuse Gênes, la sulfureuse Naples ou la monumentale Rome. Je t’aime bien, mais entre nous, pas de passion. Je sais qu’entre toi et moi, ça restera une histoire de passage. Je ne t’écrirai pas de longues lettres d’amour et je ne rêverai pas de te revoir, la nuit. Mais je garderai de toi un souvenir agréable, et, de temps en temps, je reviendrai te voir.

Basilica San Lorenzo

Et vous, Milan, vous l’aimez, ou non ? Complétez la liste des j’aime / j’aime pas milanais en commentaire !

Vous avez aimé l’article ? Vous pouvez l’épingler sur Pinterest !

 

21 Comments on "Milan, j’aime, j’aime pas"

  1. Article intéressant.

    J’y ai passé une journée lors des dernières vacances et cela m’a laissé une impression en demi-teinte comme toi. Le centre historique est bien, mais la ville est chère et bruyante, oui.

  2. Vivant à Milan, j’ai un regard un peu différent du tien, forcément. Quand on nous a annoncé qu’on s’expatriait à Milan, mon premier réflexe ça a été : « bah mince ! La seule ville qui ne fait pas rêver en Italie ! » . Et puis j’y suis allée. À l’inverse de toi j’ai eu un coup de coeur à la première visite. Le mélange d’architecture ancienne et industrielle m’a passionnée ! Et mieux, je l’ai trouvée vivante. J’étais allée à Rome l’année précédente et si je l’avais trouvée belle elle m’avait déçue. J’en garde un souvenir d’un calme incroyable. En France je vivais au coeur de Lyon, dans un quartier vivant et bruyant et j’ai retrouvé cette âme dans Milan. TU DOIS ABSOLUMENT FAIRE LA TERRASSE DU DUOMO ! C’est canon 🙂 Et pour le prix on peut manger pour moins que ça.

    Pour moi Milan c’est une ville qui profite du fait de ne pas être un musée à ciel ouvert pour développer une vraie vie. Les sorties, les restos, les aperitivos, y’a quelque chose vraiment. Et le bruit, je rentre de Naples. J’ai eu l’impression que Milan était hyper silencieuse haha ! Bref, je comprends qu’on puisse rester un peu de marbre. Mais elle vaut le coup d’être découverte, dans le temps.

    • Je pense en effet que vivre à Milan doit complètement changer les perspectives. Pour les prix, je m’en doutais : en apprivoisant la ville, on connaît aussi ses bonnes adresses, c’est clair ! J’y reviendrai, c’est certain, mais peut être pas en priorité ^^’

  3. Moi j’ai beaucoup de mal avec cette ville. Je l’a trouve assez banale. Elle a un beau patrimoine, mais je trouve qu’il n’est pas mis en valeur. Et les grandes enseignes ça m’avait choqué aussi, J’ai souvent eu l’impression d’évoluer dans un centre commercial. Maintenant, je l’évite toujours quand je vais en Italie.

  4. C’est marrant, j’ai l’impression que l’on a pas visité la même ville lool!
    Dire que moi je l’ai trouvé plus calme que Venise, comme quoi…
    (Peut-être qu’en hiver elle est effectivement plus calme)
    MILLA – La Galerie, blog de voyages Articles récents…Visiter Milan en un long weekendMy Profile

  5. quand on est une amoureuse de Venise, je pense que toutes les villes paraissent un peu fades … camposanmaurizio.com

  6. Décidément, je ne suis votre blog que depuis peu mais j’adore vos articles, bien écrits, intelligents, drôles.
    Je ne connais pas Milan mais ça me donne plutôt envie.
    Etant architecte, l’Italie classique m’attire mais ses réalisations contemporaines me laissent nettement plus dubitative.

  7. Bonjour,
    Comme d’autres personnes qui ont laissé un commentaire, je trouve que vos articles sont vraiment de très bonnes qualités, merci pour ce super travail. Je cherche des informations sur des villes italiennes à visiter cet été et votre site va bien m’aider à faire mon choix. Clairement ça ne sera pas Milan qui ne m’attire pas du tout au regard de ma lecture (et des photos) et en plus le temps n’avait pas l’air d’être terrible ce qui n’aide pas ☺. Par contre Florence, Venise et Rome me paraissent plus attractive.
    Encore merci, j’adore votre site.
    Morgan ELEGOET Articles récents…Utilisation d’une tablette tactile enfant sur le trajet des vacances.My Profile

    • Merci Morgan ça me fait vraiment plaisir ! Après il ne fait pas toujours gris à Milan, et j’ai pris peu de photos car je n’étais pas vraiment séduite. Mais pour avoir une vision un peu différente de la ville, je conseille la lecture du blog de Complètement flou, une française qui a vécu plusieurs années dans la ville.

  8. Je dois y aller cette année (j’ai gagné un voyage avec TGV) et j’ai hâte de pouvoir te dire ce que j’en pense 🙂

  9. J’étais à Milan il y a 3 semaines et ma fille a été malade presque tout le temps.
    Mais j’ai eu le temps d’en profiter.
    J’ai aimé ne pas payer le métro pour les enfants, entrer dans la bibliothèque de la pinacothèque (avec une super greeter), voir un fragment de lune au musée des sciences.
    Je n’ai pas aimé ne pas pouvoir monter sur la terrasse de la cathédrale (pour cause d’enfant malade mais surtout en raison des 2h d’attente), prendre mon café dans des terrasses tout plastique, le bruit partout tout le temps.

  10. Quand j’ai vu le titre de l’article, ça m’a tout de suite rappelé ma première impression de Milan. Je n’ai pas été subjuguée par la ville, je l’ai même trouvée parfois grise et austère, mais j’y ai quand même trouvé quelques sources de satisfaction. Le toit du Duomo restera un souvenir inoubliable (enfin c’est surtout le chemin pour y parvenir qui est intéressant, avec des vues rapprochées sur les dentelles de pierre). Pour info, la queue concernera principalement la montée en ascenseur, que je déconseille car elle vous fait louper l’une des plus belles vues sur l’architecture de la cathédrale. Le quartier de la Porta Ticinese m’a également beaucoup plu, plus à taille humaine, avec de jolies basilique. Et les Navigli, pour le côté tranquille (en journée). Je n’ai pas ressenti la foule, j’ai visité Milan fin août et par temps de canicule, les Milanais avaient dû fuir ! Bref, tout ça pour dire que j’ai largement préféré Bergame, où j’étais basée pour mes vacances.

  11. Je suis surprise du temps d’attente pour monter sur les terasses du duomo, j’y suis allée en pleine expo universelle au weekend de pentecôte et aucune attente. Ça doit être pour l’ascenseur uniquement.
    Sinon Milan ne me laissera pas une passion ni un souvenir impérissable non plus. J’y étais de passage, j’ai (un peu) vu et ce que j’ai vu m’a suffit. D’autres villes italiennes sont beaucoup plus envoûtantes, charmantes et agréables. J’ai aimé mais pas adoré, j’ai pas non plus detesté.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


CommentLuv badge