Voyager en Italie à l’heure du COVID-19

Voyager en Italie à l’heure du COVID-19

Le confinement s’achève progressivement en Italie et un peu partout en Europe. Avec l’été qui approche, certains pays annoncent la réouverture de leurs frontières aux touristes. Beaucoup d’amoureux et d’amoureuses de l’Italie n’ont qu’une envie : y retourner, et vite ! Le décret approuvé le 16 mai par le conseil des ministres italien le dit : à partir du 3 juin, les européen.nes seront bienvenu.es, et sans quarantaine.

Pendant deux mois, nous avons mieux respiré. Enfermé.es, certes, mais sous un ciel clair débarrassé d’un trafic aérien trop intense. L’arrêt de l’activité touristique a permis à beaucoup de se poser des questions sur l’impact environnemental de nos voyages. Et si on faisait moins mais mieux ? Il aura fallu une pandémie pour qu’on remette en question profondément nos choix de vacances. Mais si nous l’avons fait, tant mieux.

A ces remises en question s’ajoutent bien évidement des craintes sanitaires justifiées. Est-il sûr de voyager ?

Guide pour voyager en Italie à l’heure du COVID-19

Cet été, si nous pourrons voyager, ce sera dans un contexte sanitaire incertain. Les épidémies ne respectent pas le calendrier des vacances, et l’annonce de la réouverture des frontières faite par l’Italie suit une logique plus économique que sanitaire. Le tourisme est un secteur vital pour l’Italie, qui lance à l’Europe un message : “venez masqués, mais venez !”

Des chiffres sur l’épidémie en Italie ? Vous en trouverez sur ce site, mis à jour quotidiennement.

Source, Département de la Protezione Civile italien

Pour conjuguer ces aspirations à des voyages plus écolos et l’envie irrépressible de (re)voir l’Italie, je vous ai concocté ce guide de voyage à l’heure du COVID-19. En plus de vous donner des informations sur la situation sanitaire, il propose des actions concrètes à mettre en place pour réduire l’empreinte de nos voyages, consommer mieux et éviter l’impact désastreux du tourisme de masse.

Par contre, je ne répondrai pas à votre question la plus brûlante : est-ce que je réserve mes vacances ? Ce n’est pas à moi de décider à votre place. Et l’évaluation des risques dépend de nombreux critères, à vous de les prendre en compte selon votre situation. Je vous indiquerai dans cet article ce qu’il est possible de faire en Italie malgré le coronavirus, côté tourisme, à partir du 3 juin et de la réouverture annoncée des frontières.

Autre réserve : si l’Italie annonce l’ouverture de la frontière, encore faut-il, cher.es lecteurs et lectrices, que votre pays de provenance vous laisse partir. Pour la France, il est trop tôt encore pour se prononcer, selon la porte parole du gouvernement Sibeth Ndaye.

Se déplacer en Italie

S’entasser dans un vol low-cost pour gagner en vitesse Rome ou Milan pour un weekend frénétique de deux jours, c’est fini ? Privilégions les séjours plus longs, quitte à partir moins souvent. Comme ça, plus d’excuse pour préférer l’aérien aux transports terrestres. De Paris, Marseille ou Dijon, l’Italie est à portée de train. On s’endort en gare de Lyon et on se réveille à Venise, devant le Grand Canal. La compagnie s’appelle Thello et propose des prix d’entrée de gamme vraiment attractifs : 30€ le Paris-Venise en cabine non-mixte de 6 couchettes. Si vous prenez la première classe, vous aurez même une bouteille de prosecco.

Par la fenêtre du train en Ligurie, janvier 2020

Une fois sur place, vous pouvez vous déplacer en train ou en transports en commun. Les principales compagnies de train nationales sont Trenitalia et Italo. Chaque région a ses compagnies de bus (et même de train dans certains régions) qui sillonnent les villages alentours. Les offices de tourisme vous fourniront les informations pratiques.

Attention : à l’heure où cet article est rédigé, les trains Thello sont suspendus jusqu’au 3 juin pour la ligne Nice-Milan et jusqu’au 30 juin pour les Paris-Venise.

Se déplacer d’une région à l’autre sera également permis à partir du 3 juin. Mais les régions ont toujours la possibilité d’adapter les règles au niveau local selon la situation sanitaire. Il faut donc bien suivre les informations locales, qui sont généralement reprises par le site de l’ambassade.

Hébergement : pour un tourisme éthique et sanito-compatible

Les hôtels pourront rouvrir leurs portes à partir du lundi 18 mai, tout comme les restaurants et les bars. Bien entendu, des règles d’hygiène seront mises en place. Les clients devront porter le masque dans l’hôtel et respecter les distances de protection (1 mètre à l’heure actuelle). On ne s’entasse pas dans l’ascenseur, pas de buffet au petit-dej, remplacé par le service à la table, et gel hydroalcoolique à tous les étages.

Côté éthique, quelle attitude adopter ? En Italie, l’impact de plateformes comme Airbnb ont profondément accentué les problèmes d’accès au logement et de dépeuplement des centres historiques. Airbnb squatte le marché locatif et rend la recherche d’un logement infernale pour les résidents. Plus que tout autre acteur, il est sauvage et difficile à contrôler pour les autorités locales. Ce phénomène touche aussi bien Venise que Florence, Rome ou Naples, avec des quartiers populaires menacés par la touristification. Ce qui fait le charme de ces villes, c’est pourtant leur caractère, imprimé par les habitants. Naples sans les napolitains ne serait qu’un disneyland de la pizza sans saveur et sans âme.

Le centre de Bergame en février 2020, juste “avant”

Alors si vous voulez vraiment avoir un impact positif, il existe plein d’alternatives à Airbnb :

  • Choisir l’hôtellerie traditionnelle
  • Loger en agriturismo, un logement situé en zone rurale dans la campagne
  • Prendre une chambre chez l’habitant sur FairBnB, qui soutient des projets locaux en reversant un pourcentage à des associations
  • Se tourner vers un B&B classique
  • Pratiquer le troc à l’occasion de la semaine du barrato

Petite note à propos de Booking et autres plateformes : si vous souhaitez voyager plus éthique, fuyez-les. Entre l’évasion fiscale et l’étranglement des petites structures, ces plateformes n’ont rien de vertueux. Personnellement, je repère les logements sur booking mais je contacte directement les hébergements sur leurs sites pour réserver (au même prix).

Nuit dans un agriturismo en Toscane, avril 2019 sur le chemin de Dante

Retour au restaurant

Ne vous attendez pas de si tôt à retrouver un restaurant italien “comme avant”, avec ses salles combles, le parmesan qui passe d’une table à l’autre et les tables au coude à coude. Contrôle de la température des client.es, nombre de clients plafonné au nombre de places assises disponible total, menu à consulter sur son smartphone ou sous forme plastifiée pour permettre l’hygiénisation… l’exercice demandera flexibilité aux travailleur.euses et, dans une moindre mesure, aux client.es, qui devront penser à réserver et à porter un masque pour se déplacer dans le restaurant.

Un restaurant de Ravenne, la Ca’ de Ven, en décembre 2019

Bien manger en Italie

Au delà des restaurants et des milles indéniables qualités de la gastronomie italienne, comment bien manger au sens éthique du terme ? Chez les restaurateurs et les restauratrices, préférez les adresses qui ont un menu court et adapté à la saison, avec, éventuellement, des produits sourcés slowfood*. Si des milliers de restaus sont menacés de fermeture à cause de la crise économique due à la crise sanitaire, autant que ce soient ceux qui décongèlent des bolo dégueu. Parce qu’on peut s’affliger de la perte d’emplois dans le secteur de la restauration, mais moins de la disparition de ces bouis-bouis à touristes vendant trop cher des “traditions culinaires” réchauffées au micro-onde.

Naples clichés
Un stand de fruits et légume dans une rue de Naples en mars 2019

*les produits labélisés slow food sont produits d’excellence liés à un terroir ou un mode de production non-industriel qui en garantissent les qualités

Vous préférez cuisiner qu’aller au restau ? Là encore, vous pouvez faire des choix pour mieux consommer. Les marchés italiens sont bien souvent restés ouverts pendant toute la crise sanitaire. Que ce soit le marché du Rialto de Venise ou le marché de Sant’Ambrosio à Florence, l’ambiance, les couleurs et la variété des produits battent de loin tout ce que le supermarché peut vous offrir. Et en plus, le risque de contagion est moindre à l’air libre, et bim.

Actuellement, le port du masque et de gants est obligatoire. Certains marchés distribuent les gants à l’entrée.

Andiamo al mare, oui, mais à distance

Ah, les files interminables de parasols sur les plages italiennes… caractérisé par les lettini (chaises longues) des plages privées, le littoral italien va devoir s’adapter. A partir du 29 mai, les plages de tout le pays pourront recommencer à accueillir des touristes, en dégageant 1,50 mètre entre chaque client.e. Jouer aux raquettes sera autorisé, mais uniquement dans l’eau. Oui, c’est ubuesque. Mais pour le moment, c’est ça ou rien.

Car pour les plages “libres”, en italien les spiagge libere, c’est un peu confus. Chaque ville pourra adapter les règles, allant jusqu’à mettre en place un service de réservation. Comment ? Réponse au prochain épisode.

italie voyage covid-19
La plage libre de San Vito dans les Pouilles, où on pose habituellement sa serviette sur les cailloux, photographiée en août 2018

Et s’il pleut, on va au musée ?

A mon avis, on devrait toujours aller au musée quand on voyage en Italie. Mais dans cette situation inédite, comment ça va se passer ?

Retenez bien ce mot : “prenotazione”. Il y a de bonnes chance que ce soit le mot de l’été. Réservation obligatoire, donc, pour les musées. Qui devront interdire l’accès aux personnes non-masquées et faire respecter les distances, un mètre entre chaque personne. Heureusement qu’on applique pas la règle à l’intérieur des tableaux.

voyage italie covid-19 meme

Encore peu de musées ont annoncé les modalités de réouverture ou de réservation, qui pourraient évoluer avec le temps. Donc, le mieux est encore de consulter le site du musée ou de l’Office de Tourisme. Pour le moment, je n’ai pas de meilleur conseil.

Au retour, on ramène quoi ?

Autre chose que le virus, de préférence. Et par “autre chose”, je ne veux pas parler d’une horreur en plastique acheté dans un commerce de pacotille.

Les gants et le masque sont de rigueur, donc. Et tant qu’à se barder de protections, on le fait pour entrer dans la boutique d’un artisan, d’une créatrice, d’un designeur ou d’une vendeuse de produits locaux… un beau sac qui durera toute la vie et nous rappelle des vacances à Florence, un foulard chiné à Rome, une paire de furlane, les chaussures des gondoliers, made in Venice, un carnet en papier de Fabriano acheté dans les Marches… franchement, si vous ramenez un magnet made in China, vous n’avez pas d’excuse !

italie covid voyage marchés
Un mercatino à Rome, où chiner du Stefanel de seconde main à des prix imbattables (photo de juin 2018)

Moins mais mieux

Bref comme pour les transports, la restauration ou le nombre de séjours, l’idée c’est de faire moins mais mieux. Je ne crois pas que l’Italie ait besoin de beaucoup de touristes tout de suite, achetant compulsivement des portes clé pinocchio avant d’ingurgiter une carbonara à Bergame (alors que c’est un plat romain, enfin), dormant dans des Airbnb et s’entassant dans des avions Ryanair pour gagner vite, vite, une autre destination quelques semaines plus tard. Désolée si vous vous êtes reconnu.es dans la description. J’ai moi-même fait plusieurs des choses listées ci-dessus. Ce n’est donc pas un article à charge, mais plutôt une invitation à faire son auto-critique en tant que voyageurs et voyageuses, si vous ne l’avez pas encore fait durant le confinement. J’espère aussi que si le tourisme évolue dans ce sens, les politiques locales sauront encourager cette tendance pour que le tourisme puisse véritablement être une ressource. Car en l’état actuel, on se demande s’il ne détruit pas plus qu’il ne crée.

Ce petit guide de voyage dans l’Italie du Covid-19 s’achève ici. S’il manque des informations, posez moi vos questions en commentaire, sur les réseaux sociaux ou autre, je vous répondrai de mon mieux.

J’essaierai également de mettre cet article à jour si la situation sanitaire évolue.

En espérant vous avoir été utile, et que, quand vous reviendrez en Italie, vos voyages n’en seront que plus beaux, plus émouvants, plus bouleversants.

PS : par souci de transparence, je tiens à préciser que je ne suis pas rémunérée pour citer les compagnies de train dans cet article. Je le fais à simple titre informatif.

8 thoughts on “Voyager en Italie à l’heure du COVID-19”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


You Might Also Like

Venise pour tous

Venise pour tous

Aujourd’hui, très cher lecteurs, très chères lectrices, j’ai plusieurs raisons d’être heureuse. 1 ) J’ai une bonne nouvelle. 2 ) Des petits cadeaux à vous faire gagner. 3 ) Et j’ai écrit un nouvel article […]

[TERMINE] Concours : 5 Guides Évasion Sicile à gagner !

[TERMINE] Concours : 5 Guides Évasion Sicile à gagner !

BONJOUR A TOUS JE SUIS SUPER CONTENTE PARCE QUE : Ça y est. Il est arrivé. Le facteur a sonné à la porte, et m’a confié le bébé : un beau paquet en direct des […]

Tout ce que l’Italie m’a appris sur la pasta #HistoiresExpatriées

Tout ce que l’Italie m’a appris sur la pasta #HistoiresExpatriées

Il y a eu un avant, et un après. Depuis que je me suis installée en Italie, ma vie n’est plus la même. Mon quotidien a radicalement changé pour faire place à une nouveauté. Les […]