Portrait de lecteur #4 Joachim

Portrait de lecteur #4 Joachim

Joachim m’a écrit sur Facebook pour me parler avec passion de la région d’où il vient : les Abruzzo. Plus précisément, c’est la région où sont nés ses nonni, les grands-parents en italien. A la seule lecture de ses messages, j’avais envie de boucler mon sac à dos pour partir explorer le Gran Sasso, le littoral et les petites sagre, ces fêtes de village, l’été. Je connais encore peu l’Abruzzo mais je suis convaincue qu’il y a beaucoup à découvrir !

Alors j’ai proposé à Joachim de répondre à ma petite interview spéciale lecteur.trice de ce blog. Pour qu’il partage avec nous cette vision bien à lui de l’Italie et des Abruzzes.

Les photos qui illustrent l’article sont de Joachim, sauf mention contraire. Pour lire les précédents portraits de Fabio, Constance ou Maël, c’est par ici 🙂

Portrait de lecteur : Joachim et l’Abruzzo

Ton premier voyage en Italie ?

Je ne m’en souviens pas mais ça devait être pour nous présenter mon frère et moi au reste de la famille dans les Abruzzes.

Nous avons de la famille dans cette région d’Italie centrale car mes grands-parents ont immigrés en Belgique dans les années 50, laissant derrière eux une partie de leur famille. Comme de nombreux italiens de l’époque, ils sont partis pour travailler à la mine. Pour chaque jour où un mineur italien descendait à la mine, la Belgique s’était engagée à livrer 200 kilos de charbon à l’Italie.

Un travail extrêmement difficile et des conditions humainement discutables : si l’histoire vous intéresse, vous pouvez lire la page wikipédia dédiée, c’est effarant !

Quelle est la ville ou le village italien que tu préfères ? Pourquoi ?

Je dirais Castelli. Un petit village d’artisans céramistes situé à l’entrée du Parc National du Gran Sasso dans les Abruzzes, à quelques kilomètres à peine du versant d’une montagne impressionnante. On y fait des céramiques depuis des centaines d’années et le temps semble s’y être arrêté.

Portrait Abruzzo Joachim

Un voyage mémorable en Italie : quand, où, et pourquoi il t’a marqué ?

Un voyage en 2016 pour rendre visite à de la famille en Sicile (oui oui, j’en ai aussi là-bas) pour la première fois.

Le voyage m’a marqué pour plusieurs raisons mais je retiendrai surtout :

  • l’accueil et la convivialité des Siciliens,
  • la gastronomie hors du commun par rapport au reste de l’Italie,
  • la beauté de l’île et des archipels alentours (notamment les îles Éoliennes).

L’Etna, photo by Alina Fedorchenko on Unsplash

Le truc que tu ramènes toujours avec toi de tes voyages dans la péninsule ?

Dans les Abruzzes, avec ma famille on ramène généralement de l’huile d’olive et des bouteilles de passata* d’un fermier du coin pour tenir une année entière.

*la passata est une purée de tomates qu’on utilise pour faire les sauces, beaucoup de familles italiennes font la leur à la fin de l’été, NDLB (note de la blogueuse)

Une rencontre marquante ?

Dans un restaurant en Sardaigne, je mangeais un risotto au bord de la mer et on a entamé la discussion avec un retraité français assis à coté. Quand je lui ai demandé combien de temps il comptait rester en Sardaigne, il m’a répondu en rigolant : “ Pour l’éternité ! ”. Ça m’a fait rire sur le coup, mais j’ai trouvé que c’était pas si bête vu l’endroit…

Ton rapport à la langue italienne ?

Je l’entends depuis mon enfance et donc pour moi l’apprentissage s’est fait assez naturellement. Ce qui est un peu frustrant c’est qu’à partir d’un moment le niveau stagne et on s’entête à utiliser toujours le même vocabulaire. Il faudrait sortir de sa zone de confort, ou suivre des cours pour remédier à cela.

Un truc qui te surprends toujours en Italie ?

L’anarchie sur les routes. Si je devais décerner le prix de la ville où elle est la plus exacerbée, j’hésiterai entre Naples et Palerme…

Un lieu plutôt méconnu que tu as adoré ?

J’insiste sur les Abruzzes ! De l’étranger, la région est peu connue et reste dans l’ombre des régions plus touristiques. On entend malheureusement parler d’elle uniquement en cas de tremblement de terre (souvenez-vous en 2009 et en 2016).

Portrait Abruzzo - Joachim

La région n’en est pas moins magnifique. A peine 1h et demie de voiture suffisent pour passer d’une jolie station balnéaire de l’Adriatique à une zone montagneuse où l’on trouve les plus hauts sommets des Apennins.

Les Abruzzes se sont tournés vers l’éco-tourisme et on y trouve plusieurs parcs naturels abritant toutes sortes d’espèces protégées comme notamment l’ours marsicain. Lors d’une ballade en montagne, j’ai eu l’occasion d’observer un troupeau d’isards de plus d’une cinquantaine d’individus galopant à toute vitesse à flanc de montagne.


Merci Joachim pour ce portrait plein de souvenirs familiaux et d’amour pour une région que peu connaissent 🙂 Si vous voulez en savoir plus sur l’Abruzzo, j’ai une catégorie dédiée sur le blog, où il n’y a que quelques randos pour le moment car je connais encore peu.

Si vous avez envie de participer aux portraits de lecteurs.trices, envoyer moi un mot via la rubrique contacts ! A bientôt


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


You Might Also Like

Portrait de lecteur #1 Fabio

Portrait de lecteur #1 Fabio

Je me dis souvent que j’ai des lecteurs et des lectrices formidables. C’est l’une des raisons pour laquelle je continue à écrire ce blog et à y prendre plaisir : il est lu, commenté, et […]

Portrait de lectrice #2 Constance

Portrait de lectrice #2 Constance

  Écrire un blog, c’est surtout échanger avec ses lecteurs et ses lectrices. De ce côté là, j’ai beaucoup de chance : je reçois de nombreux commentaires de passionnés qui me font découvrir encore de […]

Rando dans un autre monde – le Monte Marsicano

Rando dans un autre monde – le Monte Marsicano

Il est sept heures du matin et malgré qu’on soit en plein mois d’août, notre haleine fume un peu et se mêle aux vapeurs du café chaud. La nuit a été courte, mais nous sommes […]