Pourquoi les vénitiens insultent-ils les croisiéristes ?

Le bateau de croisière avance lentement, escorté par des policiers chevauchant des scooters des mers. La traversée du canal de la Giudecca est un moment marquant de toute croisière. Tout le monde est sur le pont, les flashs crépitent, que c’est beau, Venise…

Autour du monstre marin, un essaim de barques à moteur, de gondoles et d’embarcations à rame s’agite.

« Dehors ! »

« Vous êtes des merdes ! »

« Allez vous faire foutre ! »

« Dégagez ! »

Majeur en l’air, les vénitiens saluent les croisiéristes. Dans le soleil couchant, un cortège de barque escorte le paquebot, hurlant ses slogans et tirant des feu d’artifices.

Sur le pont, les touristes font coucou. Un dernier selfie, puis direction le karaoké ou la cabine, car demain, Dubrovnik les attend.

La scène se passe dimanche 30 septembre, à la manifestation organisée par le collectif #NoGrandiNavi

Pourquoi tant de haine ? Pourquoi les vénitiens insultent-ils les croisiéristes ?

Parce qu’ils menacent leur lagune

Rappelez-vous les chaudes journées d’été de votre enfance, quand vos parents gonflaient la piscine à boudin. 30 cm d’eau pour rafraichir vos jeunes fesses et faire voguer Marcel, votre canard en plastique. Jusqu’à ce qu’arrive ce petit relou de votre cousin, toujours prêt à sauter en bombe dans votre pataugeoire, avec ses pieds plein de boue et ses grosses fesses.

Les bateaux de croisière à Venise, c’est le trouble fête de la lagune.

Venise est là, posée sur les eaux dans le microcosme lagunaire depuis de Ve siècle. D’un seul coup, paf, les bateaux de croisière débarquent dans la lagune, snobent le Campanile de la Place San Marco, déversent leur flots de visiteurs en ville. Une croisière à Venise ? So chic !

Pourtant, ils déplacent une telle masse d’eau qu’ils ont le même effet que votre cousin relou sautant dans la piscine. Leur passage perturbe l’écosystème, et laisse la lagune souillée.

Parce qu’ils empoisonnent Venise

C’est pénible pour les non-fumeurs de se faire cracher la fumée à la gueule, non ? A Venise, ville sans voiture, ce sont les croisiéristes qui nous crachent leur fumée.

Le moteur d’un bateau de croisière émet autant de particules fines qu’un million de voitures. Ce weekend, à Venise, il y avait 14 bateaux. L’équivalent de 14 millions de voitures. Dans une ville de 53.000 habitants.

Parce qu’ils véhiculent un tourisme de merde

Pour ceux qui sont tentés par les croisières, j’ai un conseil. Achetez ça :

Et passez vous les diapos en allant profiter de la piscine d’un l’hôtel de luxe de votre région.

Ça vous coûtera moins cher, et vous n’empoisonnerez personne.

Au lieu de ça, des milliers de gens débarquent chaque jour à Venise, vont voir le pont du Rialto, embouteillent les rues, rendent le trafic piéton très compliqué, achètent une glace chimique dégueulasse et jettent le cornet n’importe où parce que « la poubelle est pleine ».

Une fois qu’ils ont vu la Place Saint Marc, ils retournent sur leur poubelle flottante pour continuer à « découvrir d’autres cultures ».

Quand ils rentreront à la maison, ils pourront dire que Venise était sale, Dubrovnik bondée, Malte, chaotique. Mais bon, c’était beau ! Et puis les cocktails du bar de la piscine étaient vraiment supers.

Je suis acide, mais imaginez que quelqu’un empoisonne l’air que vous respirez, menace votre écosystème et bloque la rue que vous devez prendre pour aller au boulot au nom du plaisir de découvrir le monde. Vous aussi, vous auriez les nerfs.

Oui mais bon, les bateaux de croisière ne passent plus devant la place Saint Marc, je l’ai lu dans 20 minutes, c’est déjà pas mal non ?

Les bateaux de croisière continuent à passer devant la place Saint Marc

L’année dernière, une décision a été saluée par la presse internationale comme une victoire dans le combat contre les bateaux de croisière.

Au lieu de passer par le canal de la Giudecca, les bateaux iraient s’amarrer à Marghera.

Actuellement, les bateaux effectuent ce trajet :

Selon ce qui a été annoncé, ils effectueront, à partir de 2019, un autre trajet toujours dans la lagune pour aller s’amarrer à Marghera.

Oui, sauf qu’à Marghera, il n’y a pas de port adapté. Je vous mets un petit schéma mais ça n’est qu’une supposition personnelle, rien d’officiel :

 

En communiquant souvent autour de ce sujet sur les réseaux sociaux, je me suis rendue compte que beaucoup de personnes pensaient que les bateaux avaient été chassés de la lagune.

Non.

Et le projet ne prévoit rien à ce sujet.

D’ailleurs, il continue à être vivement critiqué et les partis politiques s’étripent sur la question.

La lagune de Venise est très peu profonde. Pour permettre le passage des mastodontes, il faudra creuser des canaux, et fragiliser encore l’écosystème.

Est-ce que ça en vaut la peine ?

Qu’est ce que ce type de tourisme apporte comme économie à la ville ? Ce que le tourisme des croisières emporte est énorme, c’est l’identité et la lagune qui sont menacés.

Je ne crois pas que Venise doivent se fermer au tourisme. Mais elle doit choisir un tourisme qui a du sens. Qui valorise ce qu’elle est, qui permette à chacun d’avoir une place. Pas un tourisme qui transforme Venise en une caricature d’elle même.

Pas le tourisme de masse des bateaux de croisière.

Venise danse tous les jours avec 90.000 personnes, comme le montrent les comédiens du groupe Frullatorio dans une de leurs vidéos :

17 Comments on "Pourquoi les vénitiens insultent-ils les croisiéristes ?"

  1. Bravo, bon article !! Pour ma part je suis encore divisée en quelques sortes. J’ai suivi ma famille en Croisière Mediterranée il y à maintenant 8ans et je comprends l’attrait que peuvent trouver certaines personnes dans ce type de voyage. Servis de A à Z, environnement très chic, pas besoin de s’occuper du trajet car le capitaine le fait, ainsi que les guides… Pour les personnes âgées aussi c’est une bonne alternative, elles sont prises en charge et peuvent continuer de voyager en étant encadrées.
    J’ai depuis commencé la plongée, et compris l’impact que ces navires ont sur la flore et la faune marine, ce que je ne cautionne pas. J’ai aussi étudié le cas de Venise dans mon école de tourisme et l’impact des croisières là bas et du tourisme de masse, ce que je retrouve dans ton article 🙂
    Tout cela pour dire qu’effectivement, ces immenses apparts flottants gâchent complètement la vue des habitants, des touristes qui préfèrent sûrement voir les petites gondoles et vaporettos circuler…
    Le problème est que ces touristes bienheureux apportent de l’argent à la ville, aux compagnies de croisières, qui de ce fait arrivent à se payer de nouveaux bateaux, et plus gros, pour toujours appâter plus de passagers…
    Cercle vicieux ? :/

    • Bien sûr, je comprends pourquoi les passagers aiment ça. Mais j’essaie de faire passer un message, « et si on pensait aux conséquences de notre bon plaisir ? »
      Ma grand-mère a commencé récemment à voyager, elle qui n’en a jamais eu les moyens. Avec un groupe, ils partent 5 jours, une semaine, dans un lieu, et le visitent. Le croisiériste consomme des diapositives. Voyager pollue, mais voyager en croisière pollue beaucoup pour pas grand chose : peu de temps sur place et finalement pas tant d’argent que ça. Tu peux aller regarder le Théma Arte sur « La méditerranée va-t-elle passer l’été ? » qui dénonce l’effet des bateaux de croisière et montre que le touriste ne dépense pas beaucoup sur place car il a déjà payé son voyage. Je préfère que viennent à Venise des touristes qui restent 3 à 5 jours au moins, découvrent vraiment l’identité de la ville, ils y apporteront une valeur en lui permettant de faire vivre ce qui lui ressemble. Le touriste qui passe 24h en ville et achète un masque fait en Chine, son argent est mal investi, il favorise ce qui tue l’identité de Venise… donc c’est à la fois aux politiques et aux touristes de se poser des questions, les uns sur leurs responsabilités, les autres sur les conséquences de leurs choix, voilà mon point de vue.

  2. J’allais aborder ce point dans un article aussi car MERDE et tu l’as tellement bien fait !

    Venise a besoin de tourisme certes, mais il y a tourisme et tourisme.
    Et celui-là, à part la mettre en danger, ne sert à rien.

    Ça peut sembler difficile à comprendre ou exagéré pour certains mais quand tu y vis, que tu y es confronté au quotidien et que tu ne veux pas que Venise meurt, ça te met hors de toi.

    Bref, un article très important et nécessaire pour sensibiliser tous les (futurs) voyageurs sur cette magnifique mais toute petite île (qui reste un lieu où on essaye de vivre, tout simplement).

  3. Billet parfait, qui me révolte autant que celui post reportage sur la Méditerranée, voire encore plus car là, c’est traité par une locale, qui vit et subit la chose et peut mieux en parler que personne.
    Je comprends tellement ton sentiment. Ca me dégoûte déjà pour Marseille, voyant la fumée noire chaque jour de chez moi. Mais.. on a le mistral qui chasse la pollution. Hmm… Alors à l’échelle de la si petite Venise, ya de quoi être énervé. Et effectivement, ne pas vouloir se fermer au tourisme mais s’ouvrir à un tourisme respectueux de l’environnement, des locaux, du patrimoine.
    Je ne comprends absolument pas le délire des croisières (sauf peut-être dans les fjords en Norvège..) donc je ne peux avoir qu’un avis tranché… 😉

    Bravo en tout cas !
    Julie
    Sunwhere Articles récents…Gelmerbahn : j’ai testé le funiculaire Suisse le plus populaire d’InstagramMy Profile

    • Merci Julie, tu as bien résumé ce que je pense avec cette phrase « effectivement, ne pas vouloir se fermer au tourisme mais s’ouvrir à un tourisme respectueux de l’environnement, des locaux, du patrimoine. »

  4. Ohlala mais c’est vraiment horrible cette histoire. Mais comment c’est possible que rien ne soit fait et qu’on pense toujours à court terme?
    D’un autre côté ça me met du baume au coeur de me dire que « mon » type de tourisme ne menace pas autant que ça Venise et que je pourrais venir avec un peu moins de culpabilité.

    Bref, de tout coeur avec vous! Il faut sauver Venise (et les autres villes de la Méditerrannée)

  5. Article très pertinent …
    Il faut que absolument que l’UE s’en mêle pour arrêter ce massacre !
    Maël Articles récents…Le Maroc entre les lignes – Chapitre 1My Profile

  6. Merci pour ton article !
    Je pensais effectivement que ces bateaux de croisières ne pouvaient plus passer par Venise !!!!!
    Il me semblait avoir lu ça il y a quelques temps , c’est bizarre !
    Je regrette vraiment ce genre de tourisme, je vais souvent à Venise car j’adore cette ville mais c’est vraiment triste de voir que la vraie vie vénitienne a déjà quasiment disparue ….. Que les touristes chinois achètent des masques vénitiens made in china 🙁
    Est-ce-que la ville de Venise touche de l’argent provenant du passage de ces bateaux ??

    • Il y a une taxe bien sûr, mais à mon avis, Venise est une ville qui attirera toujours des touristes, alors elle devrait choisir lesquels car renoncer aux croisiéristes ne signifierais pas perdre de l’argent mais choisir d’en gagner en promouvant un autre tourisme.

  7. Hello,
    Merci à toi pour cet article. Lors de mon séjour à Venise j’ai eu l’occasion de voir entrer cet énorme building aquatique devant la place st marc, c’était complétement démesuré par rapport à cette ville. Bien sur je peux comprendre que les croisiéristes aiment visiter cette ville mais pourquoi n’accoste t il pas en dehors de la ville, c’est une petite ville je suis sur que ca serait possible……
    Merci à toi pour ce retour.
    Estelle
    Estelle Articles récents…Découverte beauté de la rentréeMy Profile

    • Merci Estelle pour ton commentaire. Ils n’accostent pas en mer car il n’y a pas de port et il faudrait donc en construire un, ce qui aurait des coûts faramineux j’imagine.
      Et puis l’entrée dans la lagune et la vue sur Venise c’est tellement plus vendeur ! 🙁

  8. Je prends connaissance de ton article et je suis déçue ! Oui, parce que justement j’avais lu ces papiers qui se félicitaient de cette décision de la part de Venise.

    Et je me dis merde. C’est dommage. Ces paquebots je les hais. Pas seulement à Venise, mais partout. C’est vrai, c’est un tourisme de merde. À chaque fois que je vois ça, je fais le parallèle avec les assistés du monde de Wall-E.

    Ils ne tuent pas seulement Venise, mais la Baie de Kotor, au Monténégro, et tous les petits ports où ils s’arrêtent. Ils envahissent tout, le temps d’un instant, étouffent et heureusement, repartent aussi vite.

    Je comprends tellement la colère des (derniers) vénitiens !
    Mila Articles récents…Au revoir Entreprendre le Monde, bonjour Un Monde à vélo !My Profile

  9. Je me souviens avoir fait une présentation sur les dangers du tourisme de masse en prenant Venise comme exemple en master tourisme. Je ne sais pas si on peut réellement empêcher ce type de tourisme de masse. Je me pose la question s’il y aurait moyen de créer une zone « d’accostage » des grands bateaux loin de la lagune et de transférer tout le monde dans le train … Le souci c’est que ça créerait une pression sur le train car j’imagine que ça fait du monde qui se pointe d’un coup… Arf pas top.
    Perrine Articles récents…Un voyage au Mexique: les couleurs du YucatánMy Profile

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.