Quarantaine en Italie : tou.tes en cuisine ?

Quarantaine en Italie : tou.tes en cuisine ?

« Vous êtes en quarantaine, pas à Masterchef ! ». Le meme a circulé sur internet toute la semaine. En avance sur les français.es, qui devraient se sont vus assignés à domicile à demi-mot hier soir, les italien.nes sont cloîtrés chez eux depuis le 10 mars au moins, et moi avec eux, puisque j’habite en Italie. Mais en traînant sur les réseaux sociaux ces jours-ci, j’ai plutôt l’impression qu’iels se sont tous rués dans leur cuisine.

“Vous êtes en quarantaine. Pas à Masterchef”

Alors que les seuls magasins restés ouverts vendent de la bouffe ou des médicaments, toute la nation semble plonger les mains dans la pâte. Sur instagram, plus que jamais, les story sont en boucle : pain, focaccia, pizza, gnocchis fait maison, pâtes fraîches, lasagnes, pâtisseries plus ou moins compliquées… sauf qu’au lieu des bowl parfaitement dressés et des assiettes de restaus qui défilent d’habitude, les photos racontent la maladresse de nos gestes, nos tentatives esquissées, nos résultats souvent plus bons que beaux.

Dimanche, jour 8 du confinement : ma brioche ne lève pas.

Soudain, le temps

#Iorestoacasa (je reste chez moi), c’est le hashtag que les casaniers attendaient depuis des années. D’un seul coup, finies les obligations sociales, les transports en commun, les aperitivi et les sorties. Télétravail, veste de costume sur le pyjama, pantoufles et chats sur les genoux, les italien.nes découvrent le quotidien des freelances. Mais certains.es se retrouvent, temporairement ou pas, sans travail, comme mon amie Arianna. Aide-soignante, elle ne sait pas encore quand et comment elle sera payée, car la structure d’accueil où elle travaille a fermé ses portes. Confinée à la maison, elle a enfin à sa disposition l’ingrédient qui lui manquait : le temps. Pour mettre à tremper pendant des heures des légumes secs, préparer à la main des pâtes brisées, faire soi-même ce qu’on aurait tendance à acheter habituellement. À Naples, Floriana nous invite (avec tendresse) à profiter de la situation pour créer un petit être vivant dans nos cuisines : le levain, fermentation de farine et d’eau, qui demande comme un nourrisson une attention rapprochée les deux premières semaines.

60 millions de pizzaiolos

Au supermarché, les razzias de produits alimentaires s’espacent, même si elle ne sont pas totalement finies : à l’approche du weekend, la farine disparaît mystérieusement des rayons… car samedi soir, au lieu de remplir les restaus et les bars comme ils en ont l’habitude, les italiens se sont lancés dans une sorte de pizza party spontanée et virtuelle. Tout le monde a eu la même idée : même le romancier (et ex-boulanger) Fabio Volo, sorte de Marc Lévy transalpin, se met en scène en train de pétrir farine et eau.

Faire avec ce qu’on a

Alessandra Zanini, diététicienne à Brescia en Lombardie, confirme :« à vue de nez, 90% des italiens sont en cuisine ». Plus sérieusement, elle estime que le confinement génère craintes et habitudes nouvelles liées à l’alimentation. Parmi les fake news « boire de l’eau pendant quinze minutes, consommer de la vitamines C ou des tisanes d’échinacée » permettrait de lutter contre le virus (spoiler : c’est faux). Réduite au télétravail et à un emploi du temps allégé, la diététicienne propose à ses abonnés de lui envoyer une photo de leurs denrées pour se voir proposer une recette adaptée.

« Pour que le confinement soit efficace, nous devons éviter de sortir dès qu’on a besoin d’un œuf ou d’un sachet de levure. Cette situation devrait être l’occasion d’apprendre à cuisiner avec ce qu’on a, de repenser notre consommation, dans une perspective de santé mais aussi écologique. Mon souhait, c’est que cette situation créée une prise de conscience ».

Alessandra Zanini, diététicienne

« On va s’en sortir, mais pas par la porte », concluent les italiens entre deux gueuletons. Ce virus est-il en train de nous apporter d’un seul coup le temps nécessaire pour dire ciao à la junk food ET à l’injonction du summer body ? J’ose à peine l’espérer.

Puisque vous êtes, en France, désormais dans le même bateau que les italiens, retrouvez ma catégorie recettes pour passer le temps en cuisine et retrouver le plaisir de faire maison 🙂

2 thoughts on “Quarantaine en Italie : tou.tes en cuisine ?”

  • J’espère que l’on va pouvoir faire pareil ! J’avais commencé à cuisiner pas mal ce week end car il y avait encore le marché, mais ca va être compliqué car les supermarchés sont pris d’assaut et les rayons de produits de base vide. Je veux bien limiter le nombre de sortie pour faire les courses mais si un jour il y a les œufs et le lendemain la farine ca va être très compliqué ! J’espère que les français vont se calmer et arrêter de stocker comme des malades ! après comme tu dis il faudra être imaginatif pour pallier aux produits manquants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


You Might Also Like

Venise pour tous

Venise pour tous

Aujourd’hui, très cher lecteurs, très chères lectrices, j’ai plusieurs raisons d’être heureuse. 1 ) J’ai une bonne nouvelle. 2 ) Des petits cadeaux à vous faire gagner. 3 ) Et j’ai écrit un nouvel article […]

[TERMINE] Concours : 5 Guides Évasion Sicile à gagner !

[TERMINE] Concours : 5 Guides Évasion Sicile à gagner !

BONJOUR A TOUS JE SUIS SUPER CONTENTE PARCE QUE : Ça y est. Il est arrivé. Le facteur a sonné à la porte, et m’a confié le bébé : un beau paquet en direct des […]

Tout ce que l’Italie m’a appris sur la pasta #HistoiresExpatriées

Tout ce que l’Italie m’a appris sur la pasta #HistoiresExpatriées

Il y a eu un avant, et un après. Depuis que je me suis installée en Italie, ma vie n’est plus la même. Mon quotidien a radicalement changé pour faire place à une nouveauté. Les […]