#HistoiresExpatriées 9 – Mon travail

#HistoiresExpatriées 9 – Mon travail

J’ai beaucoup hésité sur la tournure à donner à cet article, sur le thème du travail, thème choisi pour le RDV #HistoiresExpatriées ce mois-ci. Difficile de parler de son travail, un sujet si complexe et passionnant ! Le thème du travail suscite intérêt et appréhension, car il n’est pas facile d’en parler en étant juste, exhaustifs, représentatifs. Beaucoup de facteurs personnels, humains, administratifs et financiers entrent en compte.

Donc, au lieu de vous parler du travail en Italie, ou de mon travail à Venise, j’ai décidé de vous raconter le tournant professionnel que je suis en train de prendre.

Est-ce qu’on est encore dans le cadre du sujet proposé par Hélène du blog A French in Mexico ? S’agit-il d’une histoire expatriée ? Peu importe, je vous livre mon expérience professionnelle, mon parcours nomade et décousu.

Surtout, essayons de répondre à cette question :

Tu fais quoi dans la vie ?

Depuis que j’ai arrêté les études, quand on me pose cette question, je fais mon possible pour éviter d’y répondre. Les gens qui la posent s’attendent à des réponses simples, comme “infirmière”, “prof”, “bibliothécaire”, etc.

Mais attendez, votre travail, c’est ce que vous faites dans la vie ?

Je crois que non. Dans la vie, je voyage, je me passionne pour des livres, j’aime des gens, je parle de sujets passionnants ou chiants, j’apprends des trucs, je me pose des questions, j’arrose mes plantes, je rate la cuisson de mon risotto et je fais du pesto de courgettes… et oui, aussi, je travaille.

station service venise
Dans la vie des fois, je prends en photo des station essence à Venise

Je trouve ça nul qu’arrivé à la vie d’adulte on se retrouve à résumer la réponse à cette question complexe par un nom de profession.

Je sais, j’exagère. Moi aussi, j’ai déjà posé cette question. J’adore savoir ce que font les gens comme travail. C’est curieux, on apprend des autres en découvrant de quoi ils s’occupent. C’est un super sujet de conversation.

Je crois que si cette réponse univoque à la question me dérange, c’est surtout parce que je n’en ai pas. Depuis que je travaille, j’ai toujours fait plusieurs trucs différents en même temps. Aussi, la frontière entre passion et profession est parfois mince, dans mon cas, elle l’est.

Mais puisque c’est le jeu du jour, je vais essayer de répondre à la question tu fais quoi dans la… euh quand tu travailles ?

travail venise
Mes lunettes de soleil sur une table au boulot

Je donne des cours de FLE

Mon activité principale jusqu’au mois dernier, c’était d’enseigner le Français Langue Étrangère. J’ai encore quelques élèves, mais je suis en train d’arrêter cette activité. Pourquoi ? Parce que j’ai envie de faire autre chose, pour changer.

Apprendre à dire tourne à gauche, non, tout droit, après le pont, fondamental pour les petits vénitiens

Enseigner le FLE c’est un super boulot. Il y a plein de raisons pour ça :

  • On est créatif : il faut inventer le meilleur moyen de communiquer avec ses élèves, trouver des façons ludiques de faire passer la grammaire, proposer des documents nouveaux…
  • On rencontre des gens : quoi de mieux, quand on débarque dans une ville, que de passer sa journée de travail à rencontrer des gens qui vivent là ? Mes élèves m’ont énormément apporté, tant sur le plan relationnel que sur la connaissance de Venise ou d’autres sujets. En enseignant, on est amené à s’intéresser à son public et donc à apprendre de lui. C’est chouette.
  • On s’adapte : le prof de FLE peut passer du cours avec des petits de quatre ans à un cours de conversation composé d’adultes de niveau avancé. Faire un cours sur le subjonctif avec les doigts pleins de marques de feutres colorés, j’adore.
FLE
Bosser l’alternance passé composé / imparfait avec une histoire marrante et des dessins

Mais j’ai toujours pensé que prof est un métier difficile car il demande beaucoup d’imagination et d’énergie et on peut vite s’y sentir à l’étroit. C’est mon cas, j’ai besoin d’air frais, j’arrête d’enseigner. Ce qui ne veut pas dire que je ne recommencerai pas. Qui sait ?

J’écris des articles de blog

Mais c’est pas un travail ça !

Eh si. Enfin, ça peut l’être. Par exemple, ce blog n’est pas professionnel, même si j’ai parfois fait des partenariats (deux fois en quatre ans). Cela dit, écrire pour des blogs peut être un vrai travail, car les blogs sont devenus un moyen de communication important pour les entreprises.

Alors j’écris des articles pour un blog de mariages à Venise, Campo San Maurizio, ou pour le blog des Guides Evasion, entre autres. C’est un travail génial, qui m’apporte ma dose de créativité et nourrit ma curiosité.

J’écris pour des guides de voyage

Depuis 2016, une partie de mon travail est d’écrire pour différents titres des éditions Hachette. C’est le meilleur travail que j’ai jamais fait.

Pourquoi ?

Reprenez la curiosité et la créativité et ajoutez-y la possibilité de voyager et BOUM, ça fait mon métier de rêve.

travail
Prendre des notes, partout, c’est le boulot de l’auteur de guides de voyage

Je vous en avais parlé après ma première expérience en Sicile dans un article dédié. J’envisage d’ailleurs d’en faire un autre pour raconter une journée dans la peau d’un auteur de guide en reportage, parce que j’ai l’impression que  la réalité du métier est un peu floue.On trouve peu d’informations en ligne sur la réalité concrète du travail, qui, bien que génial, est aussi exigeant. C’est un métier que j’adore, mais ça ne veut pas dire que c’est parfait tout le temps, ni pour tout le monde.

J’écris des trucs

Variés. Très variés. Parfois juste pour les sous. Oui, récemment j’ai écrit un article sur comment se débarrasser des puces du chien pour le site d’un véto, c’était moins le rêve pour le coup.

Mais une chose est sûre, quand je suis derrière un clavier, en train de chercher des mots pour vous parler de la beauté des côtes siciliennes ou des techniques pour éviter la prolifération des puces sur l’épiderme canin, je m’éclate.

C’est mon truc.

bloguer pour vivre
Sans fard et sans filtre, mon bureau tel qu’il est à 19h alors que j’écris cet article. Le bureau minimaliste de digital nomad hipster, c’est pas pour moi.

Donc voilà, ce que je fais dans la vie. J’écris.

Je ne sais pas encore bien si je vais pouvoir gagner ma vie juste en écrivant. Mais je me dis que c’est possible.

C’est mon pari.

J’écris des trucs. Et j’espère en écrire de plus en plus.

Merci à Hélène d’avoir proposé ce thème pour le neuvième RDV des #HistoiresExpatriées, et à vous pour l’avoir lu !

Et maintenant, je vous pose la question : et vous, vous faites quoi dans la vie ?

29 thoughts on “#HistoiresExpatriées 9 – Mon travail”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


You Might Also Like

Venise pour tous

Venise pour tous

Aujourd’hui, très cher lecteurs, très chères lectrices, j’ai plusieurs raisons d’être heureuse. 1 ) J’ai une bonne nouvelle. 2 ) Des petits cadeaux à vous faire gagner. 3 ) Et j’ai écrit un nouvel article […]

[TERMINE] Concours : 5 Guides Évasion Sicile à gagner !

[TERMINE] Concours : 5 Guides Évasion Sicile à gagner !

BONJOUR A TOUS JE SUIS SUPER CONTENTE PARCE QUE : Ça y est. Il est arrivé. Le facteur a sonné à la porte, et m’a confié le bébé : un beau paquet en direct des […]

Tout ce que l’Italie m’a appris sur la pasta #HistoiresExpatriées

Tout ce que l’Italie m’a appris sur la pasta #HistoiresExpatriées

Il y a eu un avant, et un après. Depuis que je me suis installée en Italie, ma vie n’est plus la même. Mon quotidien a radicalement changé pour faire place à une nouveauté. Les […]