Venise, mes lectures

Venise, mes lectures

Petit à petit, je me suis constitué une bibliothèque dédiée à Venise. C’est une ville qui fait parler et qui inspire. Proust, Giono, Cocteau, Hemingway, Morand, Sagan… s’aventurer dans la bibliographie, littéraire ou non, sur Venise, c’est partir pour un voyage à travers une dense forêt de livres. Ces trois dernières années, Venise a été au cœur de mes lectures, de mes réflexions et de mes textes. Si j’ai encore assez peu lu les sources littéraires, j’ai collectionné bon nombre de guides et plongé dans quelques essais.

Voici la liste de mes lectures vénitiennes, en italien, français ou anglais, et mon avis personnel. Ma liste est encore bien incomplète tant il y a de volumes consacrés à Venise. Et vous, quelles sont vos lectures vénitiennes ? J’espère que vos suggestions viendront compléter cet inventaire 🙂

J’ai aussi parsemé l’article d’adresses de librairies, de cafés littéraires et de maisons d’édition, pour constituer une sorte de petit guide de Venise pour les amoureux de livres.

PS : si vous avez envie d’acheter un de ces livres, allez chez votre libraire sympa de quartier, plutôt que sur Amazon, vous ferez une bonne action 😉

Fictions

Je lis très peu de fiction qui se passe à Venise. Pourtant, il y a une longue bibliographie sur le sujet ! Cette section est encore un peu vide, mais j’aimerais y ajouter Donna Leon, qui publie des romans policiers, et Gregory Dowling, qui a publié une trilogie historique (en anglais).

🇮🇹 La pietra per gli occhi

Murano, XIIIe s. Des cadavres sont retrouvés flottant sur les canaux, du verre coulé à la place des orbites. Un moine myope venu de Ligurie cherche dans les manuscrits de San Giorgio le remède à ses yeux défaillants. Un maître verrier invente la formule du verre cristalin, d’une transparence absolue.

Entre polar et roman historique, j’ai beaucoup aimé ce livre, le premier volume d’une trilogie. Malheureusement pas traduit en français.

🇮🇹 Venezia, il filo dell’acqua, Claudio Piersanti

Pas tout à fait comme les autres, ce touriste qui débarque à Venise avec ses lourdes valises pleines de livres. Ecrivain torturé un brin pathétique, le narrateur est venu à Venise pour écrire. Ou retrouver son père, excentrique séducteur avec qui es ponts sont brisés. Du coup, le personnage se paye un bon syndrome de la page blanche doublé d’un trauma familial. Alors, l’auteur passe plus de temps dans les bacari qu’à son bureau. Malgré un côté un peu fouillis, le livre reste agréable à lire et propose d’intéressantes réflexions au fil de l’eau.

Ma librairie vénitienne préférée

Même si leur fond sur Venise n’est pas énorme (parce que ça n’est pas leur ligne éditoriale et c’est très bien comme ça), finalement, ma librairie favorite, c’est la Marco Polo. Pour acheter de la littérature et se faire conseiller (en italien), il n’y a pas mieux.

Dorsoduro 2899

Fondamenta Ponte Piccolo, Giudecca 282

Bande-Dessinée

Vous pensez tout de suite à Corto Maltese ? Honte à moi, je n’ai jamais lu Favola di Venezia. Petite confession : je ne suis pas une grande fan des aventures du vénitien. J’aime bien, mais sans plus, c’est comme ça.

Beaucoup de BD ont pour cadre Venise : j’en ai lu très peu mais vous pouvez consulter une liste ici qui recense une trentaine de BDs.

🇫🇷 Venise, Jiro Taniguchi

Le trait précis et clair de la BD japonaise appliqué à l’architecture vénitienne : c’est beau. Le livre raconte l’errance d’un japonais à Venise, venu chercher les traces de sa famille. Dans une boite, il a retrouvé une photo de famille prise à Venise : pourtant, il ignorait tout de ce voyage. Un super souvenir à ramener de Venise ou à s’acheter pour se retrouver à nouveau au bord du grand canal ou sur le campo San Giovanni e Paolo. L’édition française est parue chez Casterman.

L’adresse BD à Venise

Librairie spécialisée BD à Venise

Zazà Comic Shop Fumetteria, Calle dell’Ogio o del Cafetier, 2424

Guides de voyage

J’écris des guides, alors j’en lis aussi beaucoup. C’est une littérature assez florissante à Venise ! Chaque guide a une ligne éditoriale différente, les connaître vous permettra de choisir celui qui correspond à vos envies. J’ai donné mon avis de façon objective, bien qu’en suivant des critères personnels, je précise.

🇫🇷 Guide Evasion

Le guide des voyageurs indépendants, comme le dit la couverture. Assez exigeant, c’est un guide qui approfondit son sujet sans être encyclopédique. Il sert à construire son propre itinéraire, en piochant dans les différents quartiers. On y trouve aussi des balades secrètes, textes qui emmènent le lecteur à la découverte d’un lieu en suivant un fil rouge particulier (à Venise, il y en a un dans le Ghetto).

Lectures Venise

🇫🇷 Un Grand Weekend à Venise

C’est le guide que j’ai mis à jour à deux reprises, donc je le connais plutôt bien. Il fonctionne par quartiers, et permet assez simplement de composer un séjour. Sur un weekend, on décide donc quels quartiers combiner et au sein du quartier quelles visites prioriser et hop, on a presque fini l’organisation. On y trouve beaucoup d’adresses, surtout de restaurants.

🇫🇷 Venise insolite et secrète

Les éditions Jonglez sont nées à Venise, ville insolite par excellence. Le premier volume de ces guides qui rencontrent beaucoup de succès a ainsi été imaginé par Thomas Jonglez alors qu’il habitait Venise, fasciné par ses secrets. Un travail formidable qui permet d’aller beaucoup plus loin dans la compréhension et l’appréciation de la ville, grâce à un regard aiguisé sur les pierres, les églises, les sculptures et les symboles qui la peuplent.

🇫🇷 Le guide du Routard

Faut-il encore le présenter ? Le guide du Routard est plus axé débrouille, bons plans, petit budget que les autres guides. Si vous aimez ses textes gouailleurs, son papier gris et ses conseils francs du collier, c’est votre guide.

Venise lecture

Boire un verre dans une librairie

Cette librairie propose libres graphiques, BD, album jeunesse, cafés et prosecco.

Fondamenta della Misericordia 2535

🇫🇷 Venise, trente itinéraires à la découverte de la ville

Le tout premier guide de Venise que j’ai eu entre les mains. Pour chaque itinéraire, une carte et des photos permettent de se repérer. On suit pas à pas l’auteur qui nous indique, en bon Cicéron, où tourner le regard pour ne rater aucune curiosité.

Venise lectures

🇫🇷 Guide Bleu

Ancêtre des guides de voyage, le Guide Bleu est cultivé, s’intéresse à la peinture, à l’art et à l’architecture, connaît bien ses classiques et n’hésite pas à approfondir l’analyse. C’est un guide pour le voyageur lent qui a envie de s’attarder à poser les yeux sur une toile, qui cherche un zoom culturel précis, qui reste un peu plus longtemps sur place.

🇫🇷 Venise l’essentiel, Amandine Sauvestre

Guide publié aux Éditions Nomades, un éditeur indépendant qui confie à un.e local.e le soin de préparer un carnet d’adresses pour aller à l’essentiel. Dans l’édition vénitienne, c’est la blogueuse Amandine Sauvestre qui a pris les rennes et je dois dire que j’aime beaucoup l’idée et la sélection. Le guide s’utilise clairement en complément d’un autre ou pour un deuxième séjour, mais propose des portraits de locaux, des lieux et des visites qui changent de l’ordinaire.

Attention, le livre est un peu vieux et même si Venise a peu changé es informations pratiques peuvent avoir évolué.

🇫🇷 Guide Louis Vuitton

Je suis très loin de correspondre à la cible du lecteur du guide Louis Vuitton, plutôt tourné vers le luxe ou les expériences authentiques de très haute qualité. Pourtant, j’ai apprécié leur guide semé d’idées intéressantes et d’itinéraires curieux. Certes, les adresses de grands hôtels ou les bars à cocktail huppés font partie du lot, mais on se surprendra à suivre Ernest Hemingway dans une balade littéraire, où à lever le nez au Lido sur les villas Liberty. Le haut de gamme, ça a parfois du bon.

A lire aussi, mon article “Que faire à Venise quand on n’a pas d’argent“, pour une découverte de la ville moins dispendieuse mais pas moins intéressante.

Venise, mes lectures

🇮🇹 Guida alla Venezia ribella

Cette collection de guides italienne est vraiment originale et retrace l’histoire sociale des villes. Lieux occupés, anciennes usines en grève, mémoire de conspirations variées, rues qui furent le théâtre de batailles… assurément une façon originale d’envisager Venise, et de poser un autre regard sur de nombreux lieux de la ville. On le trouve facilement en librairie à Venise.

🇬🇧 Venice for pleasure, J.G. Links

Une invitation à la promenade écrite par un historien de l’art anglais et grand amateur de café. Son guide est plutôt un récit à la première personne, où on le suit dans une déambulation qui ressemble à une conversation entre l’auteur, le lecteur, la ville.

Mes lectures de Venise
Venice for pleasure (à gauche) et à droite, une carte postale sérigraphiée par Small Caps à Venise (allez leur rendre visite, leur boutique est superbe)

🇫🇷 Venise

Oui, j’en profite pour faire une annonce, et un peu d’auto-promo. Depuis presqu’un an, je travaille à l’écriture de ce livre sur Venise. Un peu guide de voyage, un peu livre de photographie, c’est une découverte curieuse de la ville que je vous y propose. Avec Guillaume Dutreix, photographe, nous avons parcouru la ville en tous sens, épluché les palais, ateliers, ruelles, cuisines, marchés et musées. Ses photos livrent une interprétation personnelle de Venise, mes textes proposent une entrée plus contemporaine à la ville, loin du tout historique ou du trop touristique.

Si ça vous intéresse, le livre est en précommande à la FNAC ou sera sur les étals des librairies à partir du 2 octobre.


Où acheter un guide à Venise ?

J’aime bien la librairie La Toletta : généraliste, elle a un bon rayon sur Venise, avec pas mal de textes en français.
Dorsoduro, 1214

Histoire, essais

Difficile de vraiment catégoriser chaque élément de cette liste, j’ai préféré placer ici tout ce qui n’appartient pas à la fiction. D’où un effet un peu fourre-tout, avec des livres plus ou moins accessibles, plus ou moins érudits. Une liste au petit bonheur, comme mes choix de lectures.

🇮🇹 Introduzione a Venezia, Giancarlo Villa

Un tout petit texte qui explique deux trois généralités sur la ville et son histoire. Très abordable et intéressant pour commencer à entrer dans l’histoire de la ville, son règne sur la mer, ses Doges, ses grandes familles, etc.

🇫🇷 Venise à double tour, Jean-Paul Kauffmann

Obsédé par l’image d’une église vénitienne qu’il ne parvient pas à retrouver, le journaliste se met en quête des clés ouvrant les églises fermées de Venise. Son but ? Entrer dans le plus possible d’édifices clos. Le livre raconte ses démarches auprès de l’église, sur fond de réflexions autour de Venise et du destin d’une ville qui voit ses paroissiens diminuer tandis qu’augmentent les touristes de passage. J’ai trouvé la lecture intéressante même si le ton de l’auteur m’a parfois agacée. La figure de l’écrivain flâneur qui cherche l’âme de Venise entre les pierres suintantes d’humidité et de sel, comment dire, c’est vu et revu…

🇫🇷 Contre Venise, Régis Debray

Une lecture très intéressante. Dès le titre, j’avais un à priori négatif. Moi, Venise, je suis pour ! pensais-je. En fait, le propos de l’auteur dépasse cet antagonisme pour ou contre Venise, qui est plutôt une provocation. Comme si Venise était une idée, un parti politique, une loi à laquelle s’opposer !

En réalité, la critique de Debray me semble plutôt s’adresser à la théâtralisation de Venise, qu’il ne cesse de comparer à Naples. L’une serait fausse, l’autre, authentique. Pour moi, toute l’Italie est une ode au théâtre. La représentation est quotidienne, sur les places du Trastevere à Rome ou sur les étals du marché, dans n’importe quelle ville du pays. Ce que Debray reproche à Venise, c’est de vivre pour se représenter. De n’exister qu’à travers son exhibition sur la scène du monde. Retirez lui son public, et Venise s’écroule, ferme, disparaît.

Sans adhérer complètement au propos, je comprends l’auteur et partage en partie son point de vue. Venise est une ville extrêmement auto-référencée, qui peine à trouver son objet hors d’elle-même. Jamais je n’ai autant parlé de la ville où je suis qu’à Venise. Avec parfois l’impression que le disque tourne en boucle, et qu’il est impossible de sortir de l’imaginaire vénitien. Bref, un livre très court, à contre-courant, que je recommande vivement pour s’interroger de façon plus approfondie !

🇮🇹 I segreti di Canal Grande, Alberto Toso Fei

L’auteur est un véritable colporteur de légendes vénitiennes. Ici, il propose de parcourir le Grand Canal de palais en palais, à la découverte de ses secrets. Beaucoup d’entre-eux sont en réalité des légendes ou des histoires transmises par la tradition populaire, d’autres sont liés à des faits plus historiques. Son approche a le mérite d’être originale et de captiver, à la frontière entre histoire et contes.

Venise lectures

🇫🇷 Venise, histoire, promenades, anthologie et dictionnaire, sous la direction de Delphine Gachet

Si je ne devais avoir qu’un seul livre sur Venise, ce serait celui-là. Plus 1000 pages qui compilent une infinité d’informations sur la ville, faciles à consulter, à la fois rigoureuses et digestes : l’équilibre est parfait. Tout est dans le titre : le livre propose d’abord une entrée historique très fournie, puis invite une flopée d’auteurs.trices à nous emmener en balade. Vénitiens, français installés en ville, professeurs universitaires, historiens ou écrivains, leurs déambulations dans Venise ont le goût d’une conversation amicale. L’anthologie permet d’agrandir le spectre de ce qui s’écrit sur Venise. Le dictionnaire final, lui, saute d’un mot à l’autre pour décoder le vocabulaire et les spécificités de Venise.

🇮🇹 Quando a Venezia non c’erano i fast food, Sandro Brandolisio

J’ai adoré ce livre, petite perle publiée en italien où s’enchevêtrent des textes en dialecte vénitien. Sandro Brandolisio, l’auteur, se remémore son enfance, dans les années 50, quand on grand-père l’emmenait avec lui dans sa tournée des bacari (= bars vénitiens où l’on peut grignoter). Les souvenirs mêlent l’anecdotique à l’histoire de la gastronomie locale, les jeux des enfants aux récits des vieux piliers de bar. Mais c’est aussi une immersion dans une famille populaire vénitienne, avec le père ouvrier à Marghera, les enfants en culottes courtes, les maisons sans frigo, les femmes qui préparent le bacala ou le risotto aux petits pois. Une autre époque.

🇮🇹/🇬🇧 Fondamenta degli Incurabili, Joseph Brodsky

C’est l’un des plus beaux textes que j’aie lu sur Venise. Inclassable, le texte raconte une ville brumeuse, froide, où la dentelle de pierre des palais s’érige sur les canaux, comme un manifeste à la beauté. L’écrivain russe, qui séjourne régulièrement à Venise durant sa vie, est enterré sur l’île de San Michele. Je n’en dis pas plus car le livre vaut surtout pour son écriture originale et sa façon d’appréhender Venise.

Publié en anglais sous le titre Watermark, et en français sous celui d’Acqua Alta (éditions Gallimard).

🇬🇧 Elements of Venice, Giulia Foscarini

Sorte de bible vénitienne pour architectes, le livre est aussi beau qu’intéressant. Il aborde la ville sous l’angle des éléments qui la composent : ponts, quais, rues, sols, murs, toits, palais ou places. Une approche transversale qui permet de parler du contemporain comme de l’historique, d’architecture comme d’histoire de l’art, et de mieux comprendre concrètement les spécificités d’une ville unique en son genre.

Où trouver un livre d’architecture à Venise ?

Chez Bruno ! Ce libraire est spécialisé en beaux livres avec un gros focus sur l’architecture et l’art contemporain. En plus, il se situe dans une rue que j’aime beaucoup.

Calle lunga San Barnaba, 2729

🇮🇹 Non è triste Venezia, Francesco Erbani

Journaliste romain, Erbani fréquente assidument Venise. En réponse aux discours lancinants qui en prédisent la fin, rongée par Airbnb, les bateaux de croisière et le tourisme de masse, il propose un essai optimiste, se concentrant sur les forces vives de la lagune. Le résultat est assez original, pour une personne peu informée sur les grands enjeux de Venise. Pour ceux qui connaissent et fréquentent les lieux de résistance à la massification touristique, le livre ne sera qu’une confirmation de beaucoup de faits connus. Cela dit, l’approfondissement des thématiques liées à la lagune et à la résidentialité m’ont intéressée et permettent d’aller plus loin que les débats classiques qu’on lit en une des journaux à Venise.

Une lecture conseillée aux néo-vénitiens (les foresti) qui s’installeraient en ville.

🇫🇷 Petit dictionnaire amoureux de Venise, Philippe Sollers

D’abord, une prémisse. Je n’aime pas beaucoup le style de Philippe Sollers. Je lui trouve un fond de pédanterie et un petit côté suranné. Cela dit, son dictionnaire est une très bonne manière de s’initier à Venise. On y trouve des textes accessibles sur les principaux personnages vénitiens, des impressions poétiques, de jolies phrases qui font voyager. Une lecture qui nourrit et entretien la flamme des amoureux de Venise qui auront envie d’y revenir, encore et encore.

🇮🇹 Il canal Grande, Pier Alvise Zorzi

En descendant le Grand Canal en vaporetto, vous vous interrogez : que cachent les façades de ces palais aux fastes plus ou moins vivants ? Quelles histoires se sont déroulées entre leurs murs ? L’historien vénitien Pier Alvise Zorzi répond avec légèreté à ces questions et propose de jeter un oeil curieux derrière les fenêtres gothiques ou baroques des Palazzi.

🇫🇷 Grand Canal, Laurent Dequick

Laurent Dequick, photographe, a entrepris un projet fou : réaliser une photo unique de tous les palais du canal grande, reconstituant l’illusion de la rive. Pour cela, il a shooté plus de 3000 images qu’il a monté en une seule pour obtenir une frise de 38 mètres de long. Son travail a été transformé en livre par les éditions du Chêne qui publieront le 30 octobre ce beau livre au format en accordéon, permettant au lecteur de déployer le grand canal, chez lui.

Auto-promo bis : j’ai aussi eu le plaisir de participer à ce livre car j’ai signé les notes historiques sur les palais et l’introduction générale. Un travail que j’ai beaucoup apprécié car je me suis plongée dans l’histoire des palais, enrichissant ma connaissance de la ville. En plus, je trouve le travail du photographe vraiment intéressant et ses séries déjà publiées sur Venise me plaisent beaucoup.

🇮🇹/🇬🇧 Isole dimenticate della Laguna, Tommaso Lodi

Rédigé en italien et en anglais, ce livre nous offre ce à quoi il est difficile d’avoir accès. Car à moins d’avoir une barque, ou un ami vénitien avec une barque, difficile de s’offrir le plaisir de vadrouiller dans la lagune d’une île à l’autre. Dans un style très simple voire enfantin, Tommaso Lodi a représenté chacune des îles à l’abandon qui émaillent la lagune. Couvents, jardins sauvages, lazarets ou vignes, ces coins oubliés sortent du silence qui les habitent pour raconter leur(s) histoire(s). Un joli et curieux voyage au lent cours.

Une adresse spécialisée sur Venise

La Libreria Editrice Filippi est un peu le temple du bouquin sur Venise.

Calle del Paradiso, 5765

La Venise des livres : bibliothèques et librairies

Avec une université très importante et beaucoup d’étudiants, la ville dispose d’un réseau assez dense de librairies et de bibliothèques. L’inscription est généralement gratuite. Dans les bibliothèques de Ca’ Foscari, les usagers non-étudiants peuvent demander un accès journalier, pour cela, il faut avoir un document d’identité avec soi. Aussi, certaines bibliothèques restent ouvertes jusqu’à minuit, comme la Querini.

J’espère que cet article saura vous inspirer des lectures vénitiennes, ou qu’il vous conduira entre les rayons des belles librairies et bibliothèques de la ville. J’attends aussi vos suggestions pour enrichir la liste ! Quels sont les livres sur Venise que vous aimez ?

Venise, mes lectures
Epinglez-moi sur Pinterest !

7 thoughts on “Venise, mes lectures”

  • Alberto Toso Fei : Venezia Enigma, treize siècles de mystères, de curiosités et d’événements extraordinaires entre histoire et mythe.
    ISBN 88-87528-21-7

  • Salut Lucie,

    Merci pour cet article !
    Je me permets de partager deux classiques qui m’ont absolument fait tomber amoureuse de Venise avant d’y avoir mis les pieds (enfin maintenant c’est fait) :
    “La Mort à Venise” de Thomas Mann et “The Aspern Papers” de Henry James.

    Le premier, c’est l’histoire d’une homme qui développe une attirance étrange pour un jeune homme lors d’un voyage à Venise. Les descriptions (pas trop longues) font ressortir la beauté de la ville d’une façon très philosophique et font réfléchir à la mort et à l’importance du beau dans la vie. Ce livre m’a transportée et marquée à jamais. Il fait partie des livres qui ont changé ma vie.

    Le deuxième, c’est plus une enquête, un homme qui cherche des informations dans une maison privée. J’avoue que l’histoire m’a moins marquée que l’ambiance, cette maison à Venise, ce conflit entre l’espace public et privé. Une histoire divertissante.

    Bref, je te conseille les deux. 🙂
    Ernestine Articles récents…Les Cyndi sont des CynthiaMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


You Might Also Like

Venise pour tous

Venise pour tous

Aujourd’hui, très cher lecteurs, très chères lectrices, j’ai plusieurs raisons d’être heureuse. 1 ) J’ai une bonne nouvelle. 2 ) Des petits cadeaux à vous faire gagner. 3 ) Et j’ai écrit un nouvel article […]

Vivre à Venise, c’est comment ?

Vivre à Venise, c’est comment ?

L’année dernière, quand j’ai reçu une réponse positive à une candidature pour un poste de prof de FLE à Venise, j’étais dubitative. Au lieu de sauter de joie, j’ai haussé (très haut) les sourcils. Surprise. […]

Mes petits bonheurs vénitiens

Mes petits bonheurs vénitiens

En cette fin d’année, je ressens le besoin de respirer, de penser aux choses positives. Souvent, j’ai l’impression que la vie est une grosse machine qui m’entraine, pas le temps de penser, il faut suivre […]