Visiter les Marches : la liste de mes envies

« – Et il vient d’où ton copain ? Des Marches ? Euh, c’est-à-dire ? »

Les vacances de Noël en France avec mon amoureux italien en un constat : personne ne sait où se trouvent les Marches, sa région d’origine.

« – Y a quoi comme grande ville ? C’est loin, de Rome ? »

Impossible de citer la moindre ville qui fasse tilt dans l’esprit d’un français : Urbino, Ancona, Ascoli Piceno… aucune image, pas de petite lumière qui s’allume comme quand on cite Florence, Naples ou Bologne. Non, les Marches restent terra incognita pour la plupart des français. D’ailleurs, aucun guide de voyage ne lui est consacré. Et pourtant…

Photo de Marche Tourism

Photo de Renato Gatta –  Marche Tourism

On en a déjà parlé ici dans un article où je vous invitait à ne jamais y mettre les pieds. Aujourd’hui, installée pour quelques jours au cœur des Marches, bien au chaud dans l’atelier où bosse mon fidanzato, tandis que dehors la neige recouvre les sommets, dans une jolie vallée entre deux collines semées de vignobles et de petits villages d’argiles, je vous propose de commencer l’année en rêvant avec moi. Laissons-nous porter d’une envie à l’autre pour partir à la découverte de cette région méconnue et pourtant si jolie. Voici la liste de mes envies de voyage dans les Marches.

Visiter les Marches, la liste de mes envies

Au fil de mes voyages dans les Marches, j’ai pu y vivre quelques belles expériences. Mais à chacune de mes escapades, je suis revenue avec une liste grandissante de lieux à visiter. C’est donc un pêle-mêle d’idées, d’expériences ou d’envies que je vous propose aujourd’hui. Des choses encore à découvrir, d’autres à faire, à refaire, pour lentement explorer un territoire qui me fascine.

Pour réaliser cet article, j’ai obtenu l’aide de Destinazione Marche qui m’a donné l’autorisation de puiser dans leur banque d’images pour illustrer l’article. Grazie mille ! Vous pouvez aussi parcourir leur galerie Flickr, ou les suivre sur twitter et facebook (en italien). 

  • Visiter Ascoli Piceno et prendre un café sur la piazza del Popolo

La place est connue (des connaisseurs) pour son élégance toute en arcades ombragées. On s’y pose pour le café ou l’aperitivo avant d’aller visiter le joli centre historique et ses églises. Élégance semble un mot fait pour elle.

visiter les marches

La place d’Ascoli Piceno – Marche Tourism

  • Randonner dans un canyon

Les USA c’est loin et c’est cher : épatez vos amis en publiant des photos de vous dans un canyon bien européen et pourtant impressionnant. Aussi appelée Lame Rosse, cette randonnée facile part du lac de Fiastra et grimpe doucement pendant 1h30 environ. En été, on peut se baigner dans le lac artificiel aux eaux vert émeraude.

visiter les marches filastra

Le « Canyon des Marches » – photo personnelle

  • Se balader dans l’un des plus beaux villages d’Italie

Montefiore dell’Aso, village de 2500 âmes construit en briques d’argile, est un bourg panoramique perché sur une colline. Un sentier de promenade encercle le village et permet d’admirer la campagne environnante et les monts Sibyllins non-loin. Sur la place principale, un panneau indique fièrement que le village fait partie des plus beaux bourgs d’Italie. Rien que ça. C’est le village de mon chéri donc je manque peut être d’objectivité, mais perdez vous dans ses ruelles avant d’aller boire un spritz en terrasse et on en reparle.

visiter les marches montefiore dell'aso

Vue panoramique sur la campagne au mois d’août à Montefiore dell’Aso – photo personnelle

  • Manger des olive ascolane aux truffes

La spécialité de la région, c’est les olive ascolane : une olive verte fourrée avec de la viande hachée, panée et frite. Un délice. On en trouve parfois, summum de la gourmandise, panées à la truffe, qui lui donne un aspect entièrement noir. Préparez-vous à vous rouler par terre. Rien qu’à écrire ces lignes, c’est une torture : je salive.

Adresse : Osteria Cinque Colli, Montefiore dell’Aso (20-30€ le repas complet + vin, super bon même en carafe)

  • Explorer ses parcs naturels

La région, qui alterne paysage de montagnes, collines aux douces courbes, plages de sable ou de calcaire blanc, regorge de parcs naturels. Pour vous donner une idée, on en compte pas moins de douze. Avec des sommets à plus de 2000 m, comme le Monte Vettore, et des plages sauvages comme on n’en fait plus. Alors, en 2017 (ou même plus tard, je suis pas pressée), j’irais bien traîner mes baskets sur les sentiers du Monte Vettore, jusqu’au Lago di Pilate, à flanc de falaise au bord de l’Adriatique sur le Monte Conero, le long des plages de la réserve Sentina, d’où l’on aperçoit les Monts Sibyllins.

visiter les marches

La plage des Due Sorelle, réserve naturelle du Monte Conero – Marche Tourism, photo Andrea Rossetti

 

 

visiter les marches

Monte Vettore, refuge del Fargno – Marche Tourism, photo Stefano Taffoni

  • Grimper au château de Grottammare Alta…

… et redescendre manger une glace bien méritée. Le village est absolument charmant et d’en haut, la vue est imprenable sur la mer. Dans les petites rues et sur les places, de très nombreux cafés et restaurants pour reprendre des forces. Je n’ai pas testé d’adresse en particulier mais d’après les copains, à Grottammare, « on mange bien ». Il faut dire que le village et sa végétation de bougainvilliers qui s’étalent en terrasse sur la mer donne envie de s’y arrêter pour une longue pause ou un aperitivo à base, pourquoi pas, d’olive ascolane.

  • Aller jusqu’au remparts de Campofilone

Au détour d’une colline, la route égraine ses villages minuscules, massés autour de leurs églises, parfois dotés de jolies fortifications. C’est le cas de Campofilone, un tout petit village adorable où j’irais bien faire une longue balade avant de filer vers le paese* suivant.

*en italien, un paese c’est avant tout un village.

  • Visiter la vieille ville à Cupra Alta

Le long des côtes de l’Adriatique, nombreux sont les villages à posséder deux visages. La ville basse, balnéaire, et le village historique, perché sur les collines, qui contemple la mer. C’est le cas de Cupra Marittima, qui se révèle bien plus belle pour peu qu’on grimpe en haut de ses ruelles escarpées. Vue sur la mer et paix absolue garanties.

visiter les marches cupra alta

La vue depuis le village de Cupra Alta – photo personnelle

  • Se baigner sur la plage du passetto

Sous un monumental escalier mussolinien, une plage plus qu’étonnante. Au pied de la falaise, les pêcheurs ont creusé des grottini, cavités où ils rangeaient leurs barques. Aujourd’hui, les fiers propriétaires de ces grottes y passent l’été au frais. Devant la grotte dont s’échappent le parfum du poisson et des pâtes, on joue au cartes, on prend le soleil.
C’est peut-être la plage que je préfère en Italie : plus qu’un simple lieu paradisiaque pour se baigner, c’est tout un univers qu’on y découvre. Armé d’une épuisette, d’un masque et d’un tuba, on y plonge pour pêcher les moules sauvages accrochées aux rochers qui seront ensuite mariées à la pasta dans la cuisine des grottini.

visiter les marches il passetto

La plage du passetto, à Ancone – photo personnelle

  • Découvrir le port d’Ancone

Un port au visage industriel et vivant, où l’on trouve des restes romains à côté des zones d’embarquement des véhicules touristiques en partance pour la Grèce, où l’on boit du spritz en terrasse au soleil couchant, où l’on mange à côté des dockers des assiettes de fruits de mer aux heures les plus chaudes de la journée, un port où le street art s’est incrustée et où l’on vient pour partir, pour rêver, pour contempler la mer. Bref, un lieu que j’aime et où je retourne souvent.

visiter les marches

Le port d’Ancône fin septembre – photo personnelle

 

  • Marcher jusqu’au Temple de Valladier

Un temple dans une grotte, ça vous dit ? Drôle d’idée d’un architecte un peu fou, qui construisit un temple à l’intérieur d’une grotte elle-même située dans la montagne, lieu d’ermitage idéal et retiré du monde.

Le temple du Valladier

Le temple du Valladier – photo personnelle

 

  • Remonter le temps à Urbino

La ville d’Urbino pourrait, éventuellement, être un peu plus connue du grand public que les autres destinations de la région. Soyons honnêtes, je n’avais qu’à peine entendu ce nom avant mes premiers voyages dans la région. Pourtant, très active pendant la Renaissance, elle fut une cité princière et un haut lieu pour les arts et les sciences, à tel point que Montaigne y fit un petit voyage (qui lui donnât l’opportunité de se plaindre des rues en pentes)(feignasse).

visiter les marches urbino

La ville d’Urbino – Marche Tourism

  • Visiter le sphéristère de Macerata 

Drôle de théâtre à la forme semi sphérique du XIXe siècle, le lieu est connu pour son acoustique particulière. J’irais bien y voir un spectacle d’opéra ou de théâtre, probablement un excellent moyen de conclure une journée de visite dans cette ville fondée au XIe siècle. Avec, tiens, un panier d’olives ascolane à grignoter pendant la représentation ?

  • Aller voir le bourg fortifié de Coraldo, dans la province d’Ancone

Un village aussi cité parmi les plus beaux d’Italie. Remparts du XIVe siècle, édifices baroques ou néoclassiques, ruelles, bon, pour moi ça suffit. Une visite que j’espère vivre en 2017 !

  • Participer à l’opération cantine aperte

En italien, une cantine n’a rien à voir avec ce lieu triste où l’on nous obligeait à avaler de la nourriture dégueulasse pendant notre enfance. Non, la cantina, c’est la cave à vin, là où sont stockées les bouteilles. Fin mai, l’opération cantine aperte invite les amateurs de bons vins à venir goûter les crus locaux directement chez les producteurs. Il y a deux ans, j’avais raté l’événement et nous avions tout juste réussi à acheter une bouteille avant la fermeture : cette année, je vais essayer de ne pas me rater.

visiter les marches vin

Vous voyez un paysage bucolique ? Moi je vois du vin ! – photo personnelle

Infos pratiques pour visiter les Marches

Inconnue de la plupart des français, la région n’est pas un lieu de prédilection des touristes, ce qui présente des avantages et des inconvénients certains.

Certes, cela présente divers avantages :

  • les rues des villages sont calmes, très calmes
  • pas trop difficile de manger au restau sans réservation
  • pas de bouchons sur l’autoroute
  • des prix très corrects côté hébergement / sorties

Alors certes, rejoindre la région sera un peu plus compliqué que de prendre un vol direct pour Rome ou Venise. Sans aéroport de grande envergure, la région attire plutôt des touristes munis d’une voiture, personnelle ou de location. On peut atterrir à Rome, puis prendre un bus de la compagnie Roma Marche ou le train depuis Bologne.

Pour mieux comprendre où se trouvent les lieux cités, je vous ai préparé une petite carte (merci Sophie Hérisson pour m’en avoir donné l’idée en commentaire).

Une chose est sûre, si vous aimez l’Italie et que vous avez des envies de vacances itinérantes où le programme décline petits villages, randos, plages et gastronomie spectaculaires, réfléchissez avant de vous ruer tous en Toscane. Comme le dit mon amoureux, les Marches, c’est un peu l’Altra Toscana, celle qu’on ne connaît pas encore… sans vouloir pousser la comparaison, car je ne crois pas qu’il faille mettre les lieux en concurrence, je suis convaincue qu’on trouve, comme dans toute l’Italie, de bien nombreux trésors dans les Marches. Affaire à suivre…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

6 Comments on "Visiter les Marches : la liste de mes envies"

  1. Je reviens ici grâce à ton commentaire chez moi et je me dis que vraiment, je suis une cruche de ne pas venir plus souvent, car j’ADORE toujours autant ton blog, tu me donnes toujours mille idées, tu me donnes follement envie d’Italie, et j’adore ton ton, tes photos, etc. Promis, cette fois je m’abonne à la newsletter 😉

  2. En effet, terra incognita pour moi, mais ton article est si éloquent qu’il donne envie de découvrir cette région sans tarder !
    L’Italie est une valeur sûre pour admirer autant les monuments que les paysages, et là, ce que tu nous montres semble réunir tout ce que j’aime.
    Grazie mille pour cette découverte !
    Slow Down Articles récents…Brut de déco #4 – Greenery, la couleur de l’année 2017My Profile

  3. Ravie de découvrir ton blog, au hasard de mes tribulations ! Je ne parle pas un mot d’italien mais c’est un pays que j’aime visiter !
    Pour les Marches, je ressors un peu dubitative de ton article, il manque une petite carte, car je ne sais toujours pas où se situent les Marches 😉

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


CommentLuv badge