De Cetara à Sète

cetara

 

Je me sens souvent comme chez moi en Italie. L’aria di casa, comme on dit. En voyageant, je me suis souvent amusée à rêver à d’éventuelles vies antérieures en Italie : religieuse dans un couvent de Bologne, femme de pêcheur dans une des grottes d’Ancone, antique paysanne à l’ombre des temples grecs d’Agrigente… Je me sens chez moi au milieu des belles maisons colorées, dans les odeurs de pizza chaude et de basilic, et sur les marchés où l’on négocie avec les mains.

De Cetara à Sète, un air de famille

La culture de Sète, ma ville d’origine, n’y est surement pas pour rien.
Sur le plan gastronomique, pas de doute, les spécialités sétoises sont allées piocher dans les traditions transalpines, et on trouve en Italie des plats qui ressemblent comme des cousins aux mets qui font la fierté des sétois.
En se promenant dans les rues de Sète, on comprend facilement pourquoi : les boîtes aux lettres indiquent beaucoup de noms venus du Sud de l’Italie au fil des migrations, s’ajoutant au bouillon de culture méditerranéenne qui mijote dans l’île singulière.
Cetara, sur la côte Amalfitaine, est l’un des lieux d’où sont venus les italiens de Sète. Poussés par la misère, ils sont partis, abandonnant leur belle côte pour retrouver à Sète quelque chose de chez eux. Sète, colline entre mer et étang, a des airs de famille avec Cetara et sa côte en à-pic sur la mer. Depuis 2003, les deux cités sont d’ailleurs jumelées, et j’avais déjà eu le plaisir de m’y rendre avec mon lycée lors d’un voyage scolaire en 2007.
Le weekend dernier, malgré la pluie, nous avons pris la route de Salerne, celle qui longe la mer à flanc de montagne et nous y sommes retournées… pour se rêver tirant une barque colorée sur la plage dans une vie antérieure.

 

 

Un panneau aux indications utiles et salvatrices.

 

 

 

 

 

 

 

 

cetara

Enregistrer

1 Comment on "De Cetara à Sète"

  1. A maï ! Même leurs tétrapodes sont comme les nôtres !

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


CommentLuv badge