Naples et ses clichés

Naples, c’est un peu le creuset où se retrouvent tous les clichés et toutes les représentations fantasmées que l’on a de l’Italie. Le Napolitain en particulier semble en être l’incarnation : il parle fort et avec ses mains, conduit une vespa délabrée en grillant les feux rouges, fonce dans les ruelles où sèche le linge pour rentrer manger une abondante cuisine traditionnelle préparée par la mamma, n’est pas très scrupuleux en ce qui concerne la légalité, joue au foot et supporte ardemment une ou plusieurs équipes. Il est macho, mais adore les femmes, il est religieux, mais profère tout un chapelet de blasphèmes. Bref, il est plein de contradictions.

Mais qu’en est-il en réalité ? Ce tableau pittoresque est-il un énorme cliché ?

Pour répondre à cette question, je me suis amusée à compiler les clichés qui circulent sur Naples et les Napolitains et je les ai confrontés à mon expérience personnelle. J’ai eu la chance d’aller de nombreuses fois à Naples, une ville que j’adore : en 2007, 2011, et à plusieurs reprises en 2014-2015, notamment alors que je travaillais sur l’île d’Ischia, dans la baie de Naples.

 

Naples est une ville dangereuse

Le plus gros cliché qui revient sur Naples aussi sûrement qu’une indigestion après la huitième pizza, c’est celui de l’insécurité. On ne serait pas tranquille dans les rues de Naples. Il suffit de lire les préoccupations des voyageurs sur le forum du routard pour constater que certains se demandent même si deux femmes seules peuvent bien s’aventurer dans les rues de la cité.

Alors, soyons clairs : oui. Elles peuvent. Naples est une ville impressionnante, c’est vrai. Les rues bouillonnent d’une activité intense, et on peut se sentir mal à l’aise dans cette effervescence, ce monde autour de soi, qui parle bien souvent en napolitain (logique).

Pourtant, il n’y a pas de raison de s’inquiéter et les rues de Naples sont sûres, plus particulièrement dans les zones touristiques, le centre-ville… même lorsque je descendais du bateau à minuit et demi toute seule sur le port, je n’ai jamais eu de problèmes.

Comme dans toutes les grandes villes, il n’y a pas de risque zéro et les mésaventures existent ! Ce n’est pas pour autant que vous devez avoir peur de Naples ou éviter d’aller manger au restaurant entre filles quand vous la visitez. Ce serait bien dommage !

Naples et ses clichés
Piazza Dante à Naples
Duomo Napoli
Un mariage au Duomo

 

Les Napolitains conduisent comme des fous

Les Napolitains n’ont pas la réputation d’avoir la conduite tranquille. Pour cette fois, il ne s’agit pas tout à fait d’un cliché… c’est même une réalité. Le scooter est extrêmement populaire en ville, beaucoup plus que le port du casque : ne vous étonnez pas de voir passer une vespa chargée d’un à quatre passagers, pas forcément tous casqués. La circulation répond à des normes un peu différentes de celles auxquelles les français sont habitués. Conduire à Naples, c’est être plus instinctif, plus attentif, et s’adapter à son environnement plutôt que chercher à respecter le code de la route à la lettre. En tant que piéton, c’est ouvrir l’œil et parfois apprendre à s’imposer pour traverser la route.

A lire sur le blog : Smart & Furious, les 10 commandements de la conduite en Italie.

Naples et ses clichés
Même si le trafic automobile est parfois intense, on trouve des endroits paisibles à Naples, comme la Piazza del Plebiscito

 

naples et le vésuve
La vue sur le Vésuve : le meilleur moyen de se détendre et de respirer l’air marin.

 

Les rues de Naples sont sales

La première fois que j’ai visité Naples, on était en 2007, en pleine crise des ordures. Les montagnes de sacs poubelles, les trottoirs bloqués par les déchets font partie des premières images que j’ai eues de la ville. Pourtant, au lieu de partir en courant (puis en voyage scolaire bon tu peux pas trop), je suis quand même tombée amoureuse de la ville.

Oui, Naples souffre de sa saleté, et il y a un gros travail d’éducation à faire sur le civisme en Campanie, quand on voit que de nombreuses personnes n’ont aucun scrupules à jeter dans la rue, parfois même devant leur propre porte. Ce cliché est malheureusement bien vrai. De plus, il est désormais de notoriété commune que la mafia opère un juteux trafic d’ordures, rachetant les déchets du Nord pour les enfouir illégalement dans la campagne environnante. Cependant, ne vous arrêtez pas aux poubelles qui débordent et aux graffitis sur les murs : Naples a énormément de beauté à offrir, et l’ordure y côtoie le sublime. Un peu comme dans un poème de Baudelaire, tu vois ?

A liresur JOL Press : l’interview de Fabrice Rizzoli qui explique pourquoi le trafic de déchets est prisé par la mafia.

naples port'alba
Comme cette jolie petite ruelle où fleurissent les libraires – via port’Alba

 

Naples
comme dans le sublime cloître de Santa Chiara

Les Napolitains sont superstitieux

On dit souvent que les napolitains sont les plus superstitieux des Italiens. Leur ferveur religieuse, qui s’exalte dans les petits autels dédiés aux saints et installés à tous les coins de rues, n’aurait d’égard que leur forte superstition. Le plus célèbre de ces phénomènes, mi-superstition mi-religion, c’est probablement la liquéfaction du sang de San Gennaro, patron de la ville. Le miracle a lieu plusieurs fois par an, à des dates préétablies par la tradition.

Dans une petite ampoule de verre, le sang séché de San Gennaro se liquéfie ainsi sous les yeux d’une très nombreuse foule. Si le miracle ne s’avérait pas, cela serait synonyme de catastrophes (comme : invasions, épidémies, morts de papes ou de personnages politiques, éruptions du Vésuve…).

Oui, d’une manière globale, les napolitains sont plus superstitieux : les rêves peuvent révéler les chiffres du loto (il suffit de connaître la bonne personne pour les interpréter), un porte clé en forme de piment saura écarter le mauvais œil, et un petit autocollant de Saint Georges sur votre vespa (patron des voyageurs) vous protégera mieux qu’un casque… Voilà un cliché qui participe à l’identité forte des napolitains et au caractère si particulier de la ville.

Cette petite liste non-exhaustive des clichés napolitains ne doit en aucun cas, selon moi, vous faire renoncer à une visite. Au contraire, si Naples est si particulière, c’est bien parce qu’elle a une identité à part, qu’elle se distingue des autres villes italiennes grâce à son énorme patrimoine hérité d’une histoire bien a elle : la ville, qui existe depuis l’antiquité, a connu plus d’une domination étrangère, et en a retiré une pluralité de visages.

Vous êtes déjà allés à Naples ? Vous connaissez d’autres clichés sur la ville ? Vous avez une autre version des choses ? Laissez votre opinion en commentaire 😉

Enregistrer

8 Comments on "Naples et ses clichés"

  1. Ciao Lucie!
    My name is Anna and I'm Italian from Rome 🙂 how are you?
    I've read this post using Google Translate (I don't speak French) and I like it! I worked in Naples for three years and I have to be honest, I was alone and Naples hasn't a good reputation even in Italy (especially for mafia), so I was really really worried at first. The things that you told about that city are true, I think that everyone should really be careful, especially walking inside quartieri spagnoli streets, but is a nice city to visit 🙂

    • Ciao Anna ! Sono contenta che ti sia piaciuto l'articolo 🙂 Parlo italiano meglio d'inglese, quindi ti rispondo direttamente in italiano. Penso che in ogni città bisogna essere attento, forse a Napoli un po di più pero la gente non deve rinunciare a viaggiare o a uscire a Napoli solo per la cattiva reputazione che puo avere. Mi sembra, sopratutto, che le cose hanno migliorato parecchio, almeno nel centro città, rapporto al mio primo viaggio che risale al 2007.
      Grazie del tuo commento, è anche stato l'occasione di scoprire il tuo blog che non conoscevo !
      Un saluto !

  2. Le cliché le plus récurrent est celui de la saleté, je crois!
    Mais finalement, ce sont un peu tous ces-dits clichés qui donnent à la ville toute sa personnalité, son charme, et son atmosphère unique au monde, pour le coup!
    J'avais adoré 🙂

    • J'adore cette ville aussi, cependant je pense que Naples pourrait se départir du cliché de la saleté sans rien perdre de sa superbe 🙂
      Je comprends ce que tu veux dire n'empêche, il y a une identité forte à Naples et c'est ça qui fait la beauté de la ville.

  3. Je me demande comment les rêves peuvent révéler les numéros gagnants de la loterie et qui peut les interpréter ? J’ai jamais eu l’occasion de visiter Naples, mais après avoir lu votre article, je vais planifier un séjour avec ma famille.

    • La loterie est très importante à Naples, c'est une tradition très développée. Les rêves sont associés à une série de symboles qui sont interprétés par certaines personnes (mais pas n'importe lesquelles) qui y attribuent des nombres et donc ceux du loto. Cependant ces personnes interprètent aussi les rêves de façon "générale", ça n'est pas toujours en lien avec le loto.

  4. Intéressant tous ces clichés sur Napoli 🙂 j’ai quand même envie de la visiter

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


CommentLuv badge