Venise – Le guide du touriste

venise guide touriste

En une année à Venise, j’ai eu le temps d’observer l’un de ses phénomènes les plus marquants.

Non, je ne parle par de l’acqua alta ou des codes de circulation sur ses labyrinthiques canaux.

Je veux parler du tourisme de masse. Car oui, à Venise, c’est bien de masse qu’il s’agit.

Chaque année, environ 10 millions de touristes visitent Venise, admirent sa magnificence, et puis s’en vont. Certains reviennent, d’autres pas. Venise a ses grands amoureux, et ceux qui ne font qu’y passer, pour une journée ou un grand weekend.

J’habite Venise depuis maintenant un an mais je continue à faire la touriste tous les weekends, parfois même en rentrant du travail

Quand je me suis installée à Venise, j’y avais passé trois jours en tant que touriste, en août 2014. Ce n’est pas ce court séjour qui m’avait permis de rencontrer Venise.

Car cette ville n’est ni à « faire » ni à « voir ».

Venise se rencontre, se découvre, s’apprivoise. C’est un lent processus. Pour le mettre en œuvre, il faut ouvrir grand ses cinq sens, connecter son esprit. Observer, inlassablement, chaque détail de cette ville magique qui, comme les rêves, semble évanescente. Plus qu’ailleurs, chaque instant, reflété sur l’eau, fait de la ville une réalité mouvante, insaisissable.

Comme je l’avais fait pour Rome, je vous propose de mettre vos meilleures chaussures, de passer la bandoulière de votre appareil photo autour de votre cou, d’endosser une paire de lunettes de soleil et de partir pour une journée à Venise dans la peau d’un touriste. Mais avant de partir, jetez déjà un œil sur ce petit lexique vénitien, ça pourrait vous aider à comprendre plein de choses :

8h, le touriste se lève tôt pour voir Venise « sans les touristes »

On lui a conté la magie de Venise tôt le matin. On lui a parlé de la place Saint Marc qui se remplit de lumière. De tout cet espace, qui se découvre dans le vide humain.

aube à venise

05h45 sur la place Saint Marc

Alors bien qu’en vacances, il a mis le réveil à 7h30 (ça tombe bien, c’est l’heure de l’ouverture du petit déj de l’hôtel) et il est sorti, prêt à conquérir Venise.

La marche le met de bonne humeur, il suit les panneaux jaunes indiquant San Marco, mais soudain, voilà que…

…notre touriste se retrouve non pas face à la place déserte, mais face à une foule relativement dense. Les pigeons sont déjà là, les vendeurs de kitscheries ouvrent boutique, les flash crépitent. Le touriste est étourdi, un coup de perche à selfie achève d’enterrer son fantasme de Venise ville fantôme.

La place un matin de novembre

Il a tout simplement deux heures de retard. A 6h, la place est presque déserte. Pour être vraiment vraiment seul, il lui aurait fallu être encore plus matinal.

Difficile ?

Lors de la visite de mon père, qui déteste la foule, nous avons mis le réveil à 5h, pour nous retrouver vers 5h45 sur la place Saint Marc, et il y avait déjà quelques joggueurs, un couple de mariés asiatiques et les balayeurs. C’était magique. Nous avons pris le petit déjeuner dans un bar derrière le palais des Doges pour environ 2,60€/pers. Nous avons continué jusqu’au marché du Rialto, acheté du poisson, puis nous sommes rentrés chez moi vers 9h pour deux heures de sieste réparatrice. A midi, on mangeait de la dorade prêts à attaquer la suite de notre journée de visites. Finalement, le programme se tient tout à fait, même pour ceux qui, comme moi, aiment dormir 8h par nuit.

venise guide touriste

Les poissons du Rialto <3

A lire sur le blog : Venise, dès l’aube

9h30, le touriste est perdu et jette son GPS au canal

Après la place Saint Marc, le touriste décide de s’attaquer à l’entrelacs de ruelles vénitiennes. Il ouvre Google Maps, rentre l’adresse du lieu qui l’intéresse : tiens, pourquoi pas le Palazzo Grimani, à Castello ? Il a lu sur l’instagram d’une blogueuse qui vit à Venise qu’elle avait adoré (wink, wink).

Il s’engage dans une ruelle, un oeil sur son téléphone, dont il n’aura pas manqué d’activé le son pour entendre la douce voix de google lui sussurer « Tourner à gauche dans Ca-lé dé-la Ma-do-na » avec un accent épouvantable.

(vu et entendu régulièrement dans les rues de Venise)

Votre GPS vient d’exploser

Sur l’écran, le petit point bleu s’agite, se téléporte d’une ruelle à l’autre, saute au dessus des canaux et des immeubles. Ne sachant plus à quelle étoile se fier, le touriste tourne, hésitant, d’une calle à l’autre, et finit dans un cul-de-sac donnant sur un canal dans lequel il manque de tomber. Saperlipopette !

Le touriste accoste alors un local aux allures sympathiques et lui demande, les yeux brillants d’espoir :

 » -Skuzi, je cherche cette adresse, « Castello 4858 »

Là, plusieurs réponses possibles :

  1. C’est après le pont. (Ne précise pas lequel)
  2. C’est tout droit. (Montre une ruelle qui serpente déjà de droite et de gauche).
  3. C’est après le pont, tout droit. (COMBO)
  4. Hahahahaha non lo so.

Car l’information que le pauvre touriste lui a donné est complètement inutile. A Venise, le système de numérotation des rues est unique.

Petit cours de numérotologie.

Les sestieri de Venise, tiré du blog BluOscar

Venise est divisée en six quartier que l’on appelle « sestieri ».

Ceux qui ont fait du latin ont reconnu la racine « sextarius », bravo !

Cannaregio, Castello et San Marco, sur la rive gauche.

Dorsoduro, San Polo et Santa Croce sur la rive droite.

La rive de quoi ? Du Grand Canal voyons !

Pour chaque quartier, disons-le, sestiere, on utilise un numéro unique, que l’on déroule, de la première à la dernière maison, en cercles concentriques. Ce qui fait que pour le sestiere de San Marco, la numérotation va de 1 à 5562.

Le numéro 2489 du sestiere de Cannaregio

Vous comprenez pourquoi les adresses vénitiennes sont inutiles au commun des mortels ?

Mais comment font les vénitiens ? vous demandez-vous.

Eh bien ils utilisent des points de repères, généralement les églises et les places. Depuis que j’y vis, j’apprends continuellement par coeur la toponymie de l’étroit maillage d’édifices religieux, dans le but de comprendre une conversation de ce type :

– Alors, c’est où la soirée ?
– Ben tu vois San Tomà ? Bon ben là tu traverses le Campo en arrivant des Frari, tu passes devant la Casa di Goldoni puis tu vas jusqu’à San Polo, puis tu tournes à gauche et tu comptes la quatrième calle, c’est la porte à côté d’un mur qui donne sur un jardin… Tu vois ?

C’est par là, t’es sûr ?

En général, je n’y comprends rien. Alors comment faire ? Utiliser le nom des lieux (les restaurants, les ponts, les rues ont quand même des noms), prendre des repères, sortir sa boussole, utiliser le soleil pour ne pas perdre le nord… et puis, surtout, accepter de se perdre !

13h, le touriste est victime de la délinquance locale

Le touriste sait qu’à Venise, l’addition est vite salée pour peu qu’on déjeune au restaurant. Alors il a pris ses précautions. Sur un blog dont il n’a pas bien compris le nom, une histoire d’oeil d’une fille appelée Lucie (occhio ça veut dire oeil, google trad lui a dit), il a lu l’adresse d’un petit supermarché discount à Cannaregio.

venise guide touriste

Alignement d’étoiles, grâce divine, il l’a trouvé. Fier de son astuce, il s’installe sur le bord de la Fondamenta della Misericordia et se confectionne un merveilleux PANINO.

Il ouvre grand la bouche, prêt à mordre dans le pain et la mozzarella di bufala, quand soudain, il sent un poids peser sur sa tête…

…avant même qu’il ne comprenne ce qui se passe, un goéland de plus d’un kilo cinq s’envole, le panino dans le bec.

guide touriste venise

L’oeil noir, le goéland guette la bouffe

Dépité, le touriste s’enfonce dans le premier boui-boui trop cher servant de la bolo décongelée pour manger à l’abri des becs indésirables.

Comment éviter de servir la soupe à ces renards volants ? (car moi, ça me rappelle la Fontaine, sauf que le touriste, contrairement au corbeau n’est pas sur un arbre perché).

Moi-même, j’ai été victime de ce grave phénomène de délinquance vénitienne. La première semaine, Fondamenta di Cannaregio, mon croissant à l’abricot a fini entre les pâtes de ces voleurs. Je n’oublie pas.

Ici, la seule technique, c’est de s’abriter. Ne pique-niquez pas dans des endroits trop à découvert, afin de ne pas laisser la place à ces voyous de prendre l’élan dont ils ont besoin pour fuir avec leur butin. De même, évitez les alentours des poissonneries, véritables NO GO ZONES vénitiennes du pique nique improvisé.

venise guide touriste

Devant le marché du Rialto, les gangs sévissent

17h, le touriste se fait bousculer dans les calle par ces vénitiens stressés

Après ces déconvenues, le touriste décide de s’adonner à une tradition bien italienne : la passeggiata ! Il a lu un peu partout qu’en fin de journée, les italiens aiment marcher lentement en profitant de la vie. Ah, la dolce vita !

Le voilà l’œil content, observant les vitrines des magasins, pilant au milieu des calle pour admirer un détail, s’il est accompagné sa douce famille s’étale dans la rue, occupant bientôt l’espace entier.

guide touriste venise

Les selfies ne sont pas les bienvenus à Venise.

Quand soudain un coup d’épaule agacé tire le touriste de sa rêverie. C’est un ninja, un acrobate, qui se glisse à ses flancs comme un saumon remontant le fleuve et qui déjà disparaît, absorbé par une ruelle parallèle.

Derrière lui, un cri « Atanssion ! » : il se retrouve plaqué au mur, pendant qu’un éboueur pousse un chariot en métal à une vitesse probablement supérieure à 20km/h.

De l’autre côté, c’est un livreur, chargé de cartons, au secours ! Le touriste ferme les yeux pour ne pas regarder en face ce hachoir dans lequel il s’est fourré. Il entrevoit le tunnel blanc, mais réouvre les yeux, sain et sauf, impressionné par la conduite (de chariot) des vénitiens.

Cher(s) touriste(s), ici, j’ai un message pour vous.

Imaginez une ville sans voitures.

Voilà, par exemple, comme ça.

Où toutes les rues sont piétonnes, les véhicules sont des barques, qui circulent sur un réseau séparé, les canaux.

Dans cette ville, donc, l’espace piéton est l’espace de circulation. Tout le monde se déplace majoritairement à pieds.

Pour aller à l’école. Au supermarché. Au travail. A la banque. Chez le médecin. Vous avez compris quoi.

Donc bloquer une rue, c’est comme si vous bloquiez le trafic des voitures dans une ville normale.

Quand des touristes demandent d’attendre qu’ils aient fini leur photo pour traverser un pont, par exemple, c’est comme s’ils se mettaient au beau milieu de la route à Paris et qu’ils disaient aux automobilistes d’avoir un peu de patience… (exemple tiré d’une expérience concrète).

Donc, cher piéton, que tu sois touriste ou non, essaie de respecter ces quelques règles, ça me fera plaisir :

  • Marche du côté droit de la rue
  • Si la rue est étroite, essaie de ne pas occuper tout l’espace, d’autres personnes doivent pouvoir te doubler
  • Regarde autour de toi avant de piler, traverser, etc
  • Ne t’assois pas sur les marches des ponts, sinon, on ne peut plus passer
  • N’obstrue pas le passage avec ton selfie stick (car ça rend vraiment nerveux)
  • Quand tu t’assois quelque part vérifie qu’il ne s’agisse pas de l’entrée d’un magasin, d’une vitrine, d’un accès privé à une maison, d’un point d’amarre pour les barques.

 

 

Voilà, c’est déjà bien. Car non, les vénitiens ne sont pas stressés, juste « un peu » oppressés par le tourisme de masse.

22h, le touriste est chaud pour une nuit de folie

Bien repu de beauté et de nourriture délicieuse, le touriste a envie d’expérimenter la vie nocturne vénitienne. Il s’aventure, au hasard, dans les calle autour du Rialto. Personne.

Ambiance

Cette fois-ci, alors qu’il cherche la foule, il ne trouve que les froides brumes et le silence.

Décidément. Les vénitiens auraient-ils été piqués par la mouche Tsé Tsé ? Est-il possible que tout le monde soit déjà au lit ? En insistant, notre touriste, qui a quand même bien mal aux pieds, trouvera peut être un petit bar encore ouvert, où se regroupent quelques habitués.

Quelle tristesse !

Pourtant, les nuits vénitiennes existent bien. Seulement, Venise n’est toujours pas une ville normale. Donc, quand la machine Venise a tourné toute la journée, engrangeant du cash dans ses caisses, et que ses habitants ont marché, marché, marché, la nuit apporte un certain calme.

On sort tôt, et on rentre tôt à Venise. Et comme souvent, ses lieux les plus intéressants sont un peu cachés, et il faudra chercher, fouiller pour trouver le bar, la calle, la place où sortir.

> A lire sur le blog : Une soirée à Venise (je vous y explique TOUT).

La journée du touriste touche à sa fin. Complètement crevé, il observe ses pieds, compte ses orteils (il a tellement marché qu’il pourrait en avoir développé un sixième), et s’interroge sur sa journée du lendemain.

Affrontera-t-il le système des vaporetto et sa logique étrange ? Ira-t-il boire des petits verres de vins dans les bacaris avec les locaux ? Réussira-t-il à ne pas se perdre ? Rien n’est moins sûr.

J’espère, avec cet article, avoir proposé quelques clés de compréhension de Venise. Une ville qui est doublement unique : parce qu’elle se compose d’îlots au milieu d’une lagune mais aussi parce qu’elle est visitée par de très nombreux touristes chaque jour.

Ces deux contraintes définissent largement la perception que l’on a de Venise. On ne peut pas l’aborder comme on visite n’importe quel autre lieu. Vous êtes dans une ville magique. Aimez la, respectez la, contemplez la. Mais ne croyez jamais que vous l’avez « faite » ou « vue ». Ce serait une pure illusion.

 

Vous êtes sur Pinterest, cet article vous a plu ? Epinglez-le 🙂

venise le guide

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

16 Comments on "Venise – Le guide du touriste"

  1. Je ne suis pas du tout une lève tôt ! Aïe ! J’apprécie beaucoup le ton plein d’humour de ton billet.
    Lili de Jolis Voyages Articles récents…14 cimetières fascinants à travers le mondeMy Profile

  2. tu m as bien fait rire avec cet article
    Venise est définitivement une ville bien à part
    ça doit être stimulant d apprendre ts ces codes
    apprendre à connaître les gens, les habitudes

  3. Au moins quand on est parisien ça semble évident de marcher à droite. On double par la gauche, comme en voiture! (oui je peste contre ces gens là à longueur de temps)

    Se lever tôt c’est dur dur par contre…mais ça vaut le coup apparemment

  4. Un de mes coups de coeur ! J’y suis allé à reculons pensant cette ville réservée aux amoureux ou aux seniors (et bien sur aux asiatiques) mais je suis totalement tombé sous le charme.

  5. Nous qui souhaitions partir à Venise en septembre, je crois qu’il faut qu’on se prépare mentalement 😀
    En tout cas, malgré le monde, ça doit être agréable une ville sans voiture 🙂
    Marie Articles récents…Les 10 Fonctions Indispensables d’une Machine à Coudre pour DébutantMy Profile

    • Oh que oui, c’est l’un des points forts de Venise : on redécouvre la vie sans voitures. Mais la ville est tout à fait appréciable même si il y a beaucoup de monde, il faut essayer de se décaler du rythme des foules 🙂 Bon voyage !

  6. Super sympa ton article moi qui revient de Venise ! Je me suis vraiment demandé comment les gens faisaient pour se repérer! J’aurai appris quelque chose (c’est qu’ils n’y arrivent pas! :p).

  7. Merci beaucoup à vous de nous donner les conseils très utiles.
    Venise est une ville de rêve pour moi. Je n’ai pas encore l’occasion de la visiter. En tout cas ton article me donne plus d’envie de la visiter. Bonne journée!

  8. Citytrip en preparation pour peut être février prochain … toutes les infos sont bonnes à prendre. En attendant, tu m’as bien fait rire

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


CommentLuv badge