L’Italia per strada, l’Italie dans la rue

L’Italia per strada, l’Italie dans la rue

Quand l’annonce du confinement a été officialisée, beaucoup se sont demandé comment réagiraient les italien.es. Un peuple méditerranéen, qui vit dehors, peut-il accepter de vider les rues, les places ? La réponse est oui. Les italiens et les italiennes se sont comportés avec un grand civisme, à la mesure de l’épidémie qu’il leur fallait, et qu’il leur faut encore, affronter.

Lors de mes rares sorties, la beauté de Padoue m’a sauté au visage. Vide, déserte, la rue résonne de la magnificence des palais et des églises. Les habitant.es de Venise témoignent chaque jour d’une cité surréelle, silencieuse, hallucinante. Le moment pourrait sembler idéal pour faire des photos, sur le chemin du supermarché. Les piétons et les voitures, casse-tête habituel des photographes, laissent le champ libre : enfin ?

Sur la photo de couverture, un message dans les rues de Naples “Interdiction de stationner. On crève les pneus”

L’Italie dans la rue

Mais la vérité c’est que j’adore prendre les gens en photo. Parce que les scènes de rue font le sel de tout voyage en Italie. Le monde est une scène, chaque place est un théâtre, et les représentations changent toutes les heures.

En parcourant mes archives photo (combien d’entre nous passent leurs soirées à ranger leur disque dur ?), j’ai réalisé combien j’affectionne ces scènes de rues anecdotiques, mais touchantes. J’ai préparé une petite sélection avec diverses thématiques, encore une autre façon de voyager de chez soi.

Venditori di strada

Les vendeurs de rue. Fleuristes qui recouvrent le Campo de’ Fiori bien nommé de couleurs et de parfums. Les mille petits kiosques, appelés edicole, qui continuent même en quarantaine à vendre les quotidiens nationaux, la presse locale et les revues. Ceux et celles qui s’endorment, pendant que la machine à barbapapa continue de tourner. Le mercatino vintage, où acheter une robe léopard, une chemise en soie multicolore ou une paire de pompes incroyables. Le vendeur ambulant, chargé de briquets, grigris, lunettes de soleil, gadgets qui clignotent. Ces gens qui sont parmi les plus touchés par la crise sanitaire, sans accès à leur source de revenus, la rue et ses passant.es.

italie dans la rue

De gauche à droite et de haut en bas, sur les images :

  • Un fleuriste à Rome
  • Une buraliste à Pise
  • Une vendeuse de ballons et barbapapa en Toscane
  • Un artiste de rue à Rome
  • Un restaurateur à Rome
  • Une vendeuse sur un marché à la fripe à Rome
  • Un vendeur ambulant à Pise

Al mare

L’Italie est indissociable de la mer. Quand ils disent “il mare”, les italiens englobent dans le mot la mer bien sûr, mais aussi la plage, les parasols, les glaces qui fondent, les parties de cartes. Andare al mare, c’est fréquenter tout cet univers où l’on sociabilise en slip de bain.

L’ombrellone (le parasol) se vend à prix d’or in prima fila, comme au théâtre encore : au premier rang. En marge de ces plages bien rangées que les familles plébiscitent pour leur confort, la spiaggia libera, la plage gratuite. Une bande de sable, des rochers, voire une coulée de béton, elle est parfois sublime, parfois étouffante.

De gauche à droite et de haut en bas, sur les images :

  • Un baigneur qui sèche à Torre Sant’Andrea dans le Salento
  • Trois femmes, à Polignano a Mare dans les Pouilles
  • Des baigneurs de ville à Bocadasse, près de Gênes

I vecchietti e le vecchiette

Un mot doux et affectueux pour désigner les aînés. Prononcer “vékiéti” et “vékiété”, les petits vieux et les petites vieilles. L’Italie chérit ses vieux et ses vieilles, les nonni, qui ont encore une place importante dans l’économie familiale et l’organisation du quotidien.

italie dans la rue

De gauche à droite et de haut en bas, sur les images :

  • Un homme envoie des textos à Ravenne
  • La boutique d’une église à Naples
  • Un homme lit les notices nécrologiques à Baicoli dans la région de Naples
  • Un vecchietto commande une glace à Polignano a Mare
  • Deux vecchietti discutent sur un banc à Rome

I turisti

Pas d’Italie sans touristes. Ils étaient 428 millions en 2018 à visiter l’Italie, étrangers ou non. Ils bouchent les rues de Venise, font des selfie sur la place Navone, engloutissent des pizza-capuccino dans de mauvais restaus. Ce tableau est appelé à changer, au moins pour une saison, puisque les voyages à l’étranger semblent bien compromis pour 2020. Quand les touristes reviendront, j’espère qu’on aura appris à faire moins et mieux. Qu’avec la distanciation sociale, nous ne parirons plus sur le tourisme de masse. Mais c’est un autre discours, et j’espère pouvoir à nouveau photographier les errances des touristes qui, comme moi, s’émerveillent de la beauté de l’Italie.

italie dans la rue
italie dans la rue

De gauche à droite et de haut en bas, sur les images :

  • Touriste au palazzo Barberini à Rome
  • Touriste contemplant la vue depuis le Capitole
  • Touriste prenant un selfie aux Musées Vatican
  • Touriste très élégant dans l’amphithéâtre de Pozzuoli
  • Touristes sur le forum romain
  • Groupe de touristes chinoises et absurde lancer de bébé à Milan

Si ces photos et ce voyage vous ont plu, vous pouvez me suivre sur Instagram où je poste plus ou moins régulièrement des photos 🙂

italie dans la rue

5 thoughts on “L’Italia per strada, l’Italie dans la rue”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


You Might Also Like

Venise pour tous

Venise pour tous

Aujourd’hui, très cher lecteurs, très chères lectrices, j’ai plusieurs raisons d’être heureuse. 1 ) J’ai une bonne nouvelle. 2 ) Des petits cadeaux à vous faire gagner. 3 ) Et j’ai écrit un nouvel article […]

[TERMINE] Concours : 5 Guides Évasion Sicile à gagner !

[TERMINE] Concours : 5 Guides Évasion Sicile à gagner !

BONJOUR A TOUS JE SUIS SUPER CONTENTE PARCE QUE : Ça y est. Il est arrivé. Le facteur a sonné à la porte, et m’a confié le bébé : un beau paquet en direct des […]

Tout ce que l’Italie m’a appris sur la pasta #HistoiresExpatriées

Tout ce que l’Italie m’a appris sur la pasta #HistoiresExpatriées

Il y a eu un avant, et un après. Depuis que je me suis installée en Italie, ma vie n’est plus la même. Mon quotidien a radicalement changé pour faire place à une nouveauté. Les […]