Ma sélection ciné en alternative aux cinepanettoni

Ma sélection ciné en alternative aux cinepanettoni

Jour 19 du calendrier de l’avent, il est temps de vous parler d’un mot italien, ou plutôt d’un néologisme saisonnier : il cinepanettone. Vous connaissez sûrement le panettone, spécialité milanaise de Noël désormais célèbre en France. Le cine-panettone, c’est tout simplement un film qui sort au moment de Noël. Une comédie grand public, destinée à remplir les salles et à repasser à l’infini sur le petit écran à chaque fin d’année.

Personnellement, je n’ai jamais été trop attirée par les cinepanettoni. Il y en a sûrement des bien (au moins un ou deux), mais je les ai toujours boudés au profit de comédies italiennes “normales”, non dictées par le calendrier de Noël. Je confesse aussi que je déteste les films de Noël (et les chansons de Noël, sauf celles d’Anne Sylvestre).

J’ai donc eu envie, aujourd’hui, de vous proposer quelques uns des films italiens qui me font rire à tous les coups. Parce que pour beaucoup, les vacances de Noël approchent et avec elles, l’envie de se blottir sous un plaid, de manger des chocolats en regardant des trucs drôles. Et on peut aimer cette activité saisonnière sans pour autant souhaiter se vautrer dans les cinepanettoni et autres films de Noël.

Voici donc mes propositions : attention, pas mal de vieux films et beaucoup d’Alberto Sordi. Certains sont dispo sur youtube, en italien ou en français : je vous mets les liens, autrement, ils sont peut être à la médiathèque de votre ville !

Johnny Stecchino, Roberto Benigni, 1991

Selon moi, Roberto Benigni donne tout dans ce rôle. Sens du quiproquo, inadeguatezza (inadéquation), bégaiement et personnage farfelu. C’est l’histoire de Dante, conducteur de bus, homme timide et voleur compulsif de bananes. Un jour, il rencontre une femme et découvre qu’il a un sosie : le mari mafieux de celle-ci. Il se retrouve alors au centre d’une farce absurde, à Palerme, dans la peau du personnage de son sosie mafieux qui doit, lui, rester planqué. Le film est en italien sous-titré en anglais sur youtube :

Le pigeon (i soliti ignoti), Mario Monicelli, 1958

J’ai vu ce film à 17 ans, sans savoir que je vivrai un jour en Italie et je l’ai trouvé irrésistiblement drôle. Tout me fait rire, des situations grotesques à la gestuelle des acteurs, en passant par la gouaille du parler romain.

L’histoire raconte la préparation du casse du siècle par un groupe de petits malfrats minables. On pourrait résumer l’intrigue à cette phrase, car ça n’est pas tant le scénario qui rend ce film formidable, mais les dialogues et le jeu des acteurs, profondément comiques. Avec quelque chose de pathétique et de très humain comme le cinéma italien de ces années là sait si bien l’exprimer. Encore un film entièrement sur youtube, en italien :

Larmes de joie, risate di gioia, Mario Monicelli, 1960

“Et si on passait le nouvel an ensemble cette année encore ? Ça nous a porté bonheur !

– Bonheur ? J’ai jamais vu une année pareille”

Toto et Anna Magnini, malgré les réticences de la seconde, passent le nouvel an ensemble. Les deux amis passent d’une soirée à l’autre au fil d’une longue errance dans Rome. De fête en réception, ils ne semblent jamais trouver leur place et se laissent porter par les événements, de la piazza Repubblica à l’EUR. Un très beau film à voir cette année alors que notre réveillon du jour de l’an est plutôt compromis.

Le vacanze intelligenti, Alberto Sordi, 1978

Remo et Augusta Proietti sont un couple de romains qu’on pourrait qualifier de grezzi (un terme difficile à traduire, un peu “bruts de décoffrage”). Leurs enfants, qui étudient à l’université et aimeraient bien que leurs parents deviennent un peu plus raffinés, leur organisent des vacances intelligentes. Direction Venise et la Biennale, avec un arrêt sur la route pour découvrir l’histoire des étrusques et commencer un régime plus strict.

Il Decamerone, Le Décaméron, Pier Paolo Pasolini, 1971

Inspiré de certaines nouvelles du Décaméron de Boccaccio, le film de Pasolini est une succession d’épisodes farcesques et provocateurs, inscrits dans une Naples médiévale vaguement onirique. Sexe au couvent, humour scabreux, ce qui fait de ce film une réalisation magistrale est le talent du regista qui donne une portée plus profondes à des épisodes triviaux.

Je ne peux pas inclure la vidéo ici car son contenu n’est pas accessible aux mineurs, je vous mets donc le lien vers youtube (version complète en italien).

Lo scopone scientifico, L’argent de la vieille, Luigi Comencini

On retrouve Alberto Sordi dans le rôle de Pepino, un pauvre hère de la banlieue de Rome. Chaque année, avec sa femme Antonia (Silviana Mangano), ils attendent le retour de “la vieille”, espérant gagner au jeu contre elle et changer leur train de vie. Ce film plaira aux amateurs et amatrices de la scopa, jeu de cartes populaire dans toute l’Italie.

Adua et ses compagnes, Adua e le sue compagne, Antonio Pietrangeli, 1960

Je termine avec ce film formidable, même si ça n’est pas tout à fait une comédie. Adua et ses compagnes se passe en 1958, lorsque la loi Merlin ordonne la fin des maisons closes en Italie. Elles quittent alors leur bordel de Monti et décident d’ouvrir une trattoria de campagne. Au rez-de-chaussée, une activité de restauration, et à l’étage, quelques chambres pour les passes. Une reconversion professionnelle et un changement de statut compliquées pour des femmes que la société met au ban, et à qui on refuse la possibilité d’une autre vie. Je n’ajouterai qu’un seule chose : Simone Signoret est grandiose en meneuse de ce groupe de femmes.

Le film est disponible à la location sur youtube (en italien)

Je vous laisse, n’hésitez pas à me conseiller vos comédies préférées ou vos cinepannettoni incontournables ! A domani 🙂

Revoir les cases des jours précédents :

1er décembre – L’église de San Zaccaria, à Venise

2 décembre – L’île vénitienne de San Pietro di Castello

3 décembre – Le mot circumnavigare

4 décembre – La recette de la cacio et pepe

5 décembre – Un de mes films italiens préférés, Il Marchese del Grillo

6 décembre – L’île de San Francesco del Deserto dans la lagune de Venise

7 décembre – Procida et sa crèche, le monde en miniature

8 décembre – Les enseignes de Venise avec Andrea Carrer

9 décembre – Recette : les pâtes au chou-fleur

10 décembre – Vicence et le Teatro Olimpico

11 décembre – La première bouchée de parmesan et autres crimes minuscules

12 décembre – L’Italie en Podcasts

14 décembre – En Italie, les sapins sont bavards

15 décembre – Civita di Bagnoregio, le village dans le ciel

16 décembre – Palazzo Barberini à Rome, l’émerveillement

17 décembre – Orsoni, Venise en couleurs

8 thoughts on “Ma sélection ciné en alternative aux cinepanettoni”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


You Might Also Like

Venise pour tous

Venise pour tous

Aujourd’hui, très cher lecteurs, très chères lectrices, j’ai plusieurs raisons d’être heureuse. 1 ) J’ai une bonne nouvelle. 2 ) Des petits cadeaux à vous faire gagner. 3 ) Et j’ai écrit un nouvel article […]

[TERMINE] Concours : 5 Guides Évasion Sicile à gagner !

[TERMINE] Concours : 5 Guides Évasion Sicile à gagner !

BONJOUR A TOUS JE SUIS SUPER CONTENTE PARCE QUE : Ça y est. Il est arrivé. Le facteur a sonné à la porte, et m’a confié le bébé : un beau paquet en direct des […]

N’allez pas dans les Marches, c’est vraiment trop moche

N’allez pas dans les Marches, c’est vraiment trop moche

Vous n’avez jamais entendu parler de cette région italienne et puis, franchement, les Marches, on a vu mieux comme nom. De toute façon, si vous allez en Italie vous préférez visiter Rome, la Toscane ou […]